Publié

BanqueCredit Suisse fixe le cap de rentabilité pour l’année prochaine

Credit Suisse veut accélérer son déploiement en Chine, un marché très stratégique. Les infrastructures du groupe, notamment informatiques, ne seront pas oubliées non plus.

Credit Suisse espère dégager d’ici 2023 un bénéfice avant impôts entre 5,0 et 5,5 milliards de francs dans la gestion de fortune, «un des segments les plus attrayants des services financiers», selon son patron Thomas Gottstein.

Credit Suisse espère dégager d’ici 2023 un bénéfice avant impôts entre 5,0 et 5,5 milliards de francs dans la gestion de fortune, «un des segments les plus attrayants des services financiers», selon son patron Thomas Gottstein.

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

La grande banque Credit Suisse a confirmé son objectif de rentabilité, visant toujours un rendement des fonds propres (RoTE) dans la fourchette de 10 à 12%.

Du point de vue stratégique, la gestion de fortune conserve la priorité absolue, alors que le numéro deux bancaire helvétique s’efforcera de générer des «revenus durables» dans la banque d’affaires.

Dans le cadre de sa journée des investisseurs, Credit Suisse a fixé le cap pour l’année suivante, notamment en livrant quelques indicateurs financiers. L’année prochaine, les charges d’exploitation devraient se situer entre 16,2 et 16,5 milliards de francs, indique mardi Credit Suisse. Cela impliquerait une baisse d’au moins 7%, les dépenses ayant atteint 17,44 milliards en 2019.

En termes de capitalisation, le numéro deux bancaire helvétique table sur un ratio de fonds propres durs de 12,5% après le premier semestre 2021, indique mardi le groupe zurichois.

Les actionnaires devraient voir leur dividende augmenter de 5% par rapport au versement de 0,2776 franc par action au titre de 2019, conformément aux promesses de Credit Suisse, qui constitue encore des réserves dans cette optique. Le programme de rachat d’actions de 1,5 milliard de francs reste d’actualité. En 2021, au moins 1 milliard sera redistribué aux actionnaires par ce biais.

Plus de 5 milliards dans la gestion de fortune

«Nous continuons de penser que la gestion de fortune est l’un des segments les plus attrayants des services financiers, notamment en Asie-Pacifique», indique Thomas Gottstein, directeur général, cité dans le communiqué. La grande banque prévoit de dégager un bénéfice avant impôts entre 5,0 et 5,5 milliards de francs dans cette activité d’ici 2023, soit un taux de croissance annuel de 10%.

Pour ces affaires, le RoTE devrait se situer entre 20 et 25%, contre 40% pour la gestion institutionnelle.

Afin de satisfaire sa faim de croissance dans la gestion de fortune, Credit Suisse va investir 100 à 150 millions de francs. Le montant doit permettre une meilleure couverture et une amélioration de l’offre. La direction entend notamment accélérer le déploiement en Chine, un marché très stratégique.

Après avoir fusionné en juillet ses deux divisions de banque d’affaires, la grande banque entend améliorer la rentabilité de la nouvelle unité Investment Bank, afin d’atteindre un RoTE de 10 à 15% à moyen terme.

Un soin sera également apporté aux infrastructures du groupe – notamment informatique – avec des investissements de 150 à 200 millions de francs l’année prochaine.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
32 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Sonia.

16.12.2020 à 23:58

Comme d’habitude, vous ne postez pas mes commentaires. Pas grave, je vais monter plus haut que votre Directeur. Vous inquiétez pas, je vais trouvez votre propriétaire. Il y a beaucoup de personnes qui sont d’accord avec moi, et vous avez oubliez les invitations de Noël ou l’an nouveau.

Sonia.

16.12.2020 à 23:14

Ces banques qui ont que des amendes, de la magouilles (vu sur m6) sont sauvegardées par notre CF. Cela veut tout dire.

Rentière.

16.12.2020 à 23:09

Les ems sont de 6000-7000.- frs par mois, nos politiciens ont dépensés l’argent de l’avs dans les autoroutes, donnez des rentes à certains qu’ils ont à ce jour plus hautes qu’en leurs salaires. Et nous les plus basses.Les rentes à vie de nos politiciens, qui doivent partir après 4 législatures, est-ce normal.