Banque Lehman Brothers: Credit Suisse poursuit son dédommagement des victimes
Actualisé

Banque Lehman BrothersCredit Suisse poursuit son dédommagement des victimes

Le Credit Suisse dédommage encore des clients ayant investi dans les produits de la défunte banque Lehman Brothers.

La banque assouplit ses critères d'indemnisation et dédommage pour quelque 50 millions de francs 1700 clients supplémentaires lésés par la faillite de l'établissement américain.

Cette décision découle d'un accord conclu avec la Fédération romande des consommateurs (FRC), dévoilé mardi par les deux parties à quelques jours de l'assemblée générale de la grande banque.

Le Credit Suisse, qui est l'un des principaux distributeurs des produits Lehman en Suisse, a jusqu'à présent indemnisé quelque 2000 épargnants pour un montant dépassant les 100 millions de francs.

Mais pour y avoir droit, ses clients ont dû répondre à des critères bien précis: une fortune inférieure à 500 000 francs à fin août 2008 et au moins 50% d'exposition aux produits à capital garanti émis par la banque d'affaires américaine, qui a fait naufrage à l'automne 2008.

Volte-face

Le Credit Suisse, qui avait pourtant déclaré à plusieurs reprises s'en tenir là et rejeté la proposition d'arbitrage des associations de défense des consommateurs, abaisse désormais ce seuil à 20%. Les nouveaux critères définis de concert avec la FRC, «au terme d'un dialogue intensif et constructif» avec celle-ci, selon le Credit Suisse, s'étendent aussi aux autres clients de la banque qui ne sont pas défendus par l'association.

La FRC elle-même représente près de 400 clients du Credit Suisse ayant investi dans les produits Lehman Brothers. Environ les trois quarts d'entre eux vont recevoir une offre de la banque, a indiqué pour sa part l'organisation. Le quart restant ne rentre pas dans les critères, a précisé à l'ATS son secrétaire général, Mathieu Fleury.

Par ricochet, les clients défendus par les associations de alémaniques créées à cet effet profiteront eux aussi des modalités de l'accord. La Anleger-Selbsthilfe a d'ailleurs salué les efforts de l'organisation romande dans un communiqué.

Offre à bien plaire

La banque contactera dans les prochains jours les personnes qui correspondent à ces critères pour leur faire une offre de rachat de leurs produits, portant sur 50% à 70% de la valeur nominale des produits rachetés.

En outre, dans certains cas, «le Credit Suisse fera une offre à des clients qui ne remplissent pas entièrement les critères définis avec la FRC, mais qui, suite aux pertes liées à ces produits, sont dans une situation personnelle ou financière particulièrement difficile», précise la banque dans son communiqué.

Avec l'accord conclu mardi, le Credit Suisse aura ainsi soumis à plus de 3700 clients une offre de rachat individuelle pour une valeur globale de quelque 150 millions de francs. La banque souligne que cette décision est «à bien plaire et sans reconnaissance d'une obligation juridique».

Au tour de l'UBS

La FRC, qui se félicite de l'accord conclu, n'a toutefois pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. Elle va entamer des démarches auprès de l'UBS, certes moins exposée que sa rivale, et de quelques autres banques. Au total, «une soixantaine de mandats» lui ont été soumis, selon son avocat Matteo Pedrazzini.

L'autorité de surveillance des marchés financiers (Finma) mène actuellement une enquête pour savoir si les banques ont fait des erreurs systématiques ou administratives dans leurs conseils aux clients ayant investi dans des produits Lehman Brothers.

(ats)

Ton opinion