Justice: Crimes de l'EI: l'Irak demande l'aide de l'ONU

Actualisé

JusticeCrimes de l'EI: l'Irak demande l'aide de l'ONU

Bagdad requiert l'aide de l'ONU pour prouver les crimes attribués à Daech et pouvoir en traduire les responsables en justice.

Image prétexte - Dans Mossoul Ouest, le 24 juillet 2017.

Image prétexte - Dans Mossoul Ouest, le 24 juillet 2017.

Keystone

L'Irak a demandé à l'ONU de l'aider à réunir des preuves des crimes attribués à l'organisation Etat islamique (EI). Une résolution devrait voir le jour afin de traduire les responsables de Daech en justice.

Dans une lettre datée du 9 août et circulant à l'ONU, le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari se félicite des «brillantes victoires militaires» obtenues par l'armée irakienne contre le groupe EI.

«Les crimes commis par l'organisation terroriste Daech (acronyme arabe du groupe EI) contre les civils et la destruction d'infrastructures et de sites archéologiques en Irak sont des crimes contre l'humanité, qui rendent importante la traduction devant la justice de leurs auteurs issus des gangs terroristes de Daech, en accord avec la loi irakienne», ajoute le ministre.

Des milliers de civils pris au piège à Mossou

Les forces irakiennes soutenues par les Etats-Unis s'acharnaient jeudi à défaire les derniers jihadistes retranchés dans la vieille ville de Mossoul, où jusqu'à 20.000 civils restent pris au piège des combats et sont en "grand danger".

«Nous requérons l'aide de la communauté internationale pour bénéficier de son expertise» sur le groupe EI. «Dans cette perspective, l'Irak et le Royaume-Uni travaillent sur un projet de résolution», précise-t-il dans sa lettre.

Pas de calendrier

L'ambassadeur adjoint du Royaume-Uni à l'ONU, Jonathan Allen, a souligné devant la presse l'importance d'avoir une résolution à cet égard. «Nous allons travailler avec eux (les Irakiens) et avec nos partenaires du Conseil de sécurité pour aboutir à une résolution qui ne laissera aucun abri nulle part à Daech».

Interrogé sur l'échéance à laquelle une résolution pourrait être soumise à un vote, le diplomate britannique est resté évasif, soulignant n'en être qu'au début d'un processus.

Dans un communiqué, l'avocate Amal Clooney, épouse de George Clooney, qui défend notamment des Yézidis, s'est félicitée de l'initiative irakienne. «Les Yézidis et d'autres victimes du groupe EI réclament justice devant les tribunaux et ils ne méritent rien de moins». «J'espère que la lettre du gouvernement irakien marquera le début de la fin de l'impunité pour le génocide et les autres crimes commis par le groupe EI en Irak et dans le monde», a-t-elle ajouté. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion