Canton de Neuchâtel: Crise de l'eau contaminée: la facture hante Le Locle
Publié

Canton de NeuchâtelCrise de l'eau contaminée: la facture hante Le Locle

Qui paiera pour les eaux polluées de cet été? Les expertises se succèdent et les lésés attendent toujours. La Ville craint de devoir assumer.

par
Francesco Brienza
La Ville avait distribué gratuitement de leau en bouteilles.

La Ville avait distribué gratuitement de leau en bouteilles.

Keystone/Jean-christophe Bott

La pilule passera mal pour qui devra l'avaler. La vague d'intoxications à l'eau de juillet dernier, au Locle (NE), a généré des frais pour une quinzaine de lésés (lire encadré). Total avancé: 145 000 francs. Depuis des mois, tout l'enjeu est donc de déterminer les responsa­bilités dans cette crise. L'exploitant du réseau a-t-il fauté? «Nous attendions des réponses pour la fin du mois de novembre, mais l'assurance de Viteos, notre fournisseur, a ordonné des expertises complémentaires, fait savoir Claude Dubois, conseiller communal (Exécutif) à la tête des Finances. Si celle-ci n'entre pas en matière, la facture sera à la charge de la commune. Et le fait que le dossier traîne n'est pas de bon augure...»

Les conclusions des experts devraient tomber fin janvier. En attendant, la Ville en appelle à la patience des parties. «Nous avons pris note de toutes les demandes et nous y répondrons», reprend l'élu. La plupart se montent à quel­ques centaines de francs et concernent des frais d'hospitalisation ou de médicaments. Une seule grosse réclamation d'entreprise se monte toutefois à plus de 100'000 francs. «Pour une ville de notre gabarit, l'enjeu est de taille», insiste-t-il.

Dans l'hypothèse où la commune devrait prendre en charge elle-même la douloureuse, le montant pourrait être répercuté sur les consommateurs d'eau. «La manœuvre se traduirait par le report de la baisse du prix de l'eau prévue l'an prochain», conclut le libéral-radical.

Epidémie massive

Entre 800 et 1000 Loclois ont été simultanément victimes de gastro-entérite, en juillet 2015. A l'époque, un climat de psychose s'était emparé de la Ville, tandis que les services d'urgence étaient pris d'assaut. Très vite, le réseau d'eau a été pointé du doigt. Quelques jours plus tôt, un violent orage avait provoqué le déversement de 3000 litres d'eaux usées dans les réservoirs d'eau potable.

Ton opinion