Publié

GenèveCrise du Covid: les enseignants sont à bout

Un sondage mené courant décembre par la Société pédagogique genevoise met en évidence le mal-être des enseignants de l’école primaire. Le DIP ne prévoit pas d’engager du personnel supplémentaire pour les soulager.

par
Leila Hussein
azzurromatto/enrico gastaldello

Menée courant décembre 2020, une enquête de la Société pédagogique genevoise (SPG), publiée mardi, met en évidence le mal-être des enseignants de l’école primaire du canton, en pleine crise du Covid-19. Plus de 75% des répondants se sentent stressés et angoissés au travail et 89% «considèrent que les plans de protection sont plutôt lourds, voire très lourds à appliquer». Ces derniers entraînent d’ailleurs une hausse de la charge de travail, estiment 83% des personnes interrogées. La SPG, qui appelle le Département de l’instruction publique (DIP) à réagir, propose de revenir à des classes partielles, comme lors de la rentrée. Une mesure à laquelle le DIP n’est pas favorable, jugeant «qu’elle ne va qu’accentuer les inégalités et les retards dans les apprentissages». Aucun engagement de personnel supplémentaire n’est actuellement à l’ordre du jour. «Le bassin de remplaçants est suffisant pour l’instant», a indiqué mardi le DIP. En revanche, un allègement des contraintes liées à l’évaluation a été décidé. «L’enseignant pourra prévoir des modalités plus souples en valorisant une évaluation en continu des travaux des élèves tout au long du trimestre. De cette manière le nombre d’épreuves peut donc être diminué. Par ailleurs la remise des bulletins pourra être différée en fonction de l’évolution des absences des élèves selon les situations individuelles», a précisé le Département.

Élève en quarantaine: matériel informatique pas adapté

Les enseignants sondés indiquent dans leur grande majorité (74%) que le suivi des élèves en quarantaine entraîne une augmentation modérée à importante de leur charge de travail. Plus de la moitié d’entre eux estiment ne pas disposer du matériel informatique adéquat pour assurer le suivi pédagogique à distance et près de 76% considèrent ne pas être suffisamment formés pour celui-ci.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
804 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Audit GEnevoise

14.01.2021 à 00:10

Je propose qu'on baisse de 5% le salaire des enseignants genevois, afin d'augmenter les infirmières et les gendarmes genevois de 6% car ils sont bien plus utiles et vitales pour la société.

Regulus

13.01.2021 à 22:52

Je trouve assez affligeant que les gens ne prennent pas un peu de hauteur vis avis de cette pandémie. Masque ou pas à mon avis ce n'est pas le vrai problème, ce n'est que soigner le symptôme à cours terme. Pour soigner à long terme, il faut arrêter de détruire notre environnement et notre écosystème au nom du sain profit et du business, et on aura déjà moins de nouveaux virus exotiques qui arrivent par exemple de Chine, qui à détruit son environnement. Là bas les gens portent des masques à cause de la pollution depuis longtemps, comme à Pékin. On en parle pas mais à mon avis, la destruction de notre biotope est étroitement lié à ce sars covid 2 et à d'autres à venir. Si on n’agit pas pour la sauvegarde de la planète, ces pandémies vont s'amplifier.

Open arms

13.01.2021 à 20:48

Ce sont bien souvent les assistés de l' hospice général qui exigent le plus de l' école. Ils disposent de suffisamment de temps aussi...