Football - Champions League: Cristiano Ronaldo est éternel
Actualisé

Football - Champions LeagueCristiano Ronaldo est éternel

Mardi, le Portugais a (encore) fait taire les détracteurs, qui voyaient en lui un joueur déclinant et suggéraient même au Real de se séparer de son attaquant vedette, sous contrat jusqu'en 2018.

«Marquer des buts est dans mon ADN»: à ceux qui le jugeaient vieillissant, Cristiano Ronaldo a rappelé qu'il se transcendait dans les grands rendez-vous avec un triplé providentiel mardi contre Wolfsburg (3-0) pour qualifier le Real Madrid en demi-finale de Ligue des champions.

Au stade Santiago-Bernabeu, le Real jouait sa saison, selon les mots de son entraîneur Zinédine Zidane. Et Ronaldo ne s'est pas dérobé. «Cela a été une nuit magique pour moi», a raconté le triple Ballon d'Or portugais, âgé de 31 ans.

La presse est unanime

Un doublé en première période (16e, 17e) pour remettre les Madrilènes à égalité après leur défaite 2-0 au match aller, et un merveilleux coup franc direct à la 77e minute, au plus fort du suspense, pour offrir à la «Maison blanche» une sixième qualification consécutive pour le dernier carré de la C1.

«Que tu es grand!», a titré mercredi le quotidien sportif madrilène Marca. «Comment ne pas t'aimer...!», a surenchéri As.

De quoi faire taire ses détracteurs, qui voyaient en lui un joueur déclinant et suggéraient même au Real de se séparer de son attaquant vedette, sous contrat jusqu'en 2018.

Une saison de mutant

«Pour une mauvaise saison de ma part, elle n'est pas si mal!», a rétorqué Ronaldo mardi. «Les gens savent que je donne toujours le maximum. Les statistiques ne trompent pas.»

De fait, avec 46 buts toutes compétitions confondues cette saison, «CR7» a réussi à dépasser la barre des 45 buts inscrits sur ses six dernières saisons au Real. Une régularité qui force le respect.

Le réveil de Ronaldo, cette saison, a coïncidé avec la nomination de Zinédine Zidane début janvier. Avec le Français, ancien adjoint du très apprécié Carlo Ancelotti (2013-2014), le courant est passé immédiatement.

Zidane l'a défendu quand le Portugais, devant la presse, avait estimé que certains de ses équipiers n'étaient «pas à (son) niveau». Reconnaissant, «CR7» a offert à «ZZ» ses deux victoires les plus probantes à ce jour sur le banc du Real: but victorieux lors du clasico face au FC Barcelone (2-1), coup du chapeau contre Wolfsburg.

«Il démontre qu'il est le meilleur joueur du monde, c'est ce qui le rend spécial», a commenté Zidane mardi soir en conférence de presse.

Une année 2015 blanche

Ronaldo lui a rendu la politesse à quelques mètres de là, en zone mixte: «J'aime sa manière d'être et de travailler. Je l'admirais déjà en tant que joueur.»

Bref, leur idylle a l'air durable. «Zizou» a d'ailleurs exclu ces dernières semaines tout transfert du joueur né à Madère, disant voir en lui un «monstre physique» capable de prolonger sa carrière encore plusieurs années.

Qualifié en demi-finale de Ligue des champions, revenu miraculeusement dans la course au titre en Liga (3e à 4 points du leader Barcelone), le Real peut à nouveau rêver de trophées au printemps, après une année 2015 sans titre.

Et Ronaldo, battu l'an dernier pour le gain du Ballon d'Or avec le cinquième sacre de l'Argentin Lionel Messi, espère sans doute revenir dans le jeu en 2016.

Un titre avec le Portugal?

«Cris méritait une soirée magique», a résumé son capitaine Sergio Ramos. «Cela fait un moment qu'il démontre qu'il est le numéro un. Quand il est en forme, cela se voit.»

Devenu cette saison le meilleur buteur de l'histoire du Real, Ronaldo peut aussi continuer à imprimer sa marque sur le football mondial.

Le voilà nanti de 16 buts dans cette édition de la Ligue des champions, à une longueur du record qu'il avait lui-même établi en 2013-2014 (17 buts). «Nous verrons, les buts arrivent naturellement. J'adorerais battre mon propre record», a-t-il souligné.

Ensuite, Cristiano Ronaldo pourra aborder avec appétit l'Euro 2016 en France (10 juin-10 juillet) sous le maillot du Portugal. Et tenter d'obtenir enfin un titre international, qui aurait pour lui un goût d'éternité. (afp)

Ton opinion