Genève: Critiqué, le bâtiment Uni Carl Vogt pourrait être rebaptisé
Publié

GenèveCritiqué, le bâtiment Uni Carl Vogt pourrait être rebaptisé

Sur les recommandations d’un groupe d’experts, le rectorat va mettre en consultation le projet de renommer le site qui porte le patronyme d’une figure historique raciste et misogyne.

par
Leïla Hussein
L’université sis au boulevard Carl-Vogt pourrait être renommé «Uni Jonction».

L’université sis au boulevard Carl-Vogt pourrait être renommé «Uni Jonction».

leo/20min

Inauguré en 2015, le bâtiment Uni Carl Vogt n’a eu de cesse de faire parler de lui depuis. Avant même d’accueillir des étudiants, son nom a fait l’objet de vives critiques de la part de la communauté estudiantine et d’une partie du corps académique de l’Université de Genève (UNIGE). En cause, les idées notoirement racistes et sexistes de l’homme qui a donné son patronyme au bâtiment. À cette époque, malgré un débat à l’Assemblée, l’université avait tranché en faveur du maintien de l’appellation. Près de dix ans plus tard, les choses semblent bouger. En effet, d’ici à quelques semaines, le rectorat va mettre en consultation la proposition de rebaptiser l’établissement.

Des experts à la rescousse

Comment expliquer ce revirement de situation? Face à un mécontentement persistant et à l’intensification des actions de protestation, en juin 2020, l’UNIGE a mandaté un groupe d’experts pour se pencher sur la problématique des figures historiques controversées. L’objectif était de «dégager des lignes de conduite générales qui puissent servir de référence et aider à la prise de décision», précise Marco Cattaneo, porte-parole de l’institution.

Le 11 février dernier, les spécialistes ont rendu leur rapport. «L’héritage du passé comprend du bien, mais aussi des dettes. On ne peut pas décider de ne reconnaître que le bon. Le côté sombre est souvent insuffisamment visible. Or, l’Université a un devoir de vérité et se doit de raconter l’histoire de manière complète», résume Samia Hurst, professeure d’éthique biomédicale, qui a participé à la réflexion.

Changer de nom rapidement

«Donner le nom d’une personne à un monument ou ériger son buste est une forme de célébration. La question est de savoir si les valeurs de cette figure sont toujours en accord avec celles que l’on veut véhiculer», poursuit-elle. La réponse de l’université est claire. «Carl Vogt a joué un rôle important pour la modernisation de l’université dont il fut le premier recteur. Mais il a aussi adhéré aux thèses sexistes et au racisme scientifique qu’il a contribué à propager. Le décalage avec les valeurs d’égalité et d’inclusivité portées par l’université est énorme.»

Partant de là, le groupe de réflexion recommande de rebaptiser l’Uni Carl Vogt et souligne «la nécessité de réaliser ce changement rapidement – en reprenant par exemple la proposition d’«Uni Jonction» formulée lors des débats en 2013», peut-on lire dans leurs conclusions rendues publiques jeudi. Sans pouvoir donner de calendrier exact, Marco Cattaneo indique que, «si le rectorat décide d’aller de l’avant, un processus participatif sera mis sur pied pour permettre aux groupes minorisés d’être entendus».

De son côté, la Ville de Genève a commandé une étude qui répertorie une trentaine de sites jugés problématiques et ébauche des pistes de réflexion.

20min/Marvin Ancian

Quid du buste érigé devant l’uni?

Si l’association faîtière et syndicat des étudiants (CUAE) se réjouit de cette avancée, «renommer l’uni n’est pas suffisant, ce n’est qu’une première étape. Un travail de fond doit être mené.» La CUAE souhaite notamment qu’un processus de réparation soit entamé. Enfin, le buste de Carl Vogt devant Uni Bastions «reste également problématique», admet El Shaddai Abebe.

Plaquettes explicatives

Pour rappel, la Ville de Neuchâtel a décidé l’été passé de compléter la statue de David de Pury, mécène mais aussi acteur du commerce d’esclaves, par une plaquette explicative. Tout comme la Ville de Lausanne, qui a apposé une notice didactique sous la plaque de l’avenue Louis-Agassiz, savant du XIXe siècle, qui soutenait des thèses racistes.

Le rectorat s’est également prononcé à ce sujet. «Afin de reconnaître l’héritage complexe de Carl Vogt, il souhaite proposer une intervention sur le buste (contextualisation, adjonction, etc.), les démarches seraient à coordonner avec la Ville de Genève», dans la mesure où la statue se trouve sur sa propriété. De son côté, la Municipalité a aussi amorcé une réflexion en la matière, à travers une étude qui répertorie une trentaine de sites concernés.

En 2020, une pétition a demandé le retrait du buste de Carl Vogt installé devant l’Uni Bastions.

En 2020, une pétition a demandé le retrait du buste de Carl Vogt installé devant l’Uni Bastions.

20min/Marvin Ancian

Un forum participatif et inclusif

Autre conseil des spécialistes, la création d’un forum participatif et inclusif. Sa mission: déterminer dans quelle mesure certains héritages posent problème et proposer des solutions. Parallèlement, l’UNIGE prévoit «de renforcer le processus de consultation existant pour mieux intégrer les parties prenantes», d’inclure cette thématique dans les cursus de formation et les recherches et d’améliorer les réponses aux expériences de discrimination et d’exclusion.

Farouchement opposé à la «cancel culture»

Le projet de rebaptiser Uni Carl Vogt ne fait toutefois pas l’unanimité. «Je suis totalement opposé à la «cancel culture», qui consiste à penser le passé avec des critères actuels. L’histoire est ce qu’elle est. Il faut en tirer les leçons. Ce n’est pas en l’effaçant qu’on le fera d’une bonne manière», estime le député PLR Jean Romain. Un argument balayé par El Shaddai Abebe. «Ce n’est pas parce que toutes les consciences n’étaient pas éveillées à cette époque que cela signifie que les victimes de ces discriminations ne luttaient pas pour faire changer les choses.»

Victime ou témoin d’actes de racisme ou de discrimination?

Ton opinion