Arriérés d'impôts: «Crocodile Dundee» peut quitter l'Australie
Actualisé

Arriérés d'impôts«Crocodile Dundee» peut quitter l'Australie

Paul Hogan, alias «Crocodile Dundee», bloqué en Australie en raison d'impôts impayés, a été autorisé vendredi par le fisc à quitter le pays.

«M. Hogan continue de clamer son innocence et conteste avoir mal agi», a indiqué son avocat.

«M. Hogan continue de clamer son innocence et conteste avoir mal agi», a indiqué son avocat.

Paul Hogan, 70 ans, était arrivé en Australie en août pour assister à l'enterrement de sa mère et se trouvait depuis lors dans l'impossibilité de repartir aux Etats-Unis.

Mais après avoir trouvé un accord avec l'administration fiscale, l'acteur, l'un des Australiens les plus célèbres, a reçu le feu vert pour regagner Los Angeles où il vit avec son épouse.

«Si le fisc et M. Hogan sont encore en conflit sur des questions de taxation, M. Hogan continue de clamer son innocence et conteste avoir mal agi», a indiqué son avocat Andrew Robinson dans un communiqué.

Paul Hogan est en conflit depuis cinq ans avec les autorités australiennes concernant ses impôts, mais n'est pas poursuivi par la justice.

Selon la presse, l'acteur devrait 37 millions de dollars australiens (33 millions de dollars américains) aux impôts pour ne pas avoir déclaré certains revenus. L'avocat de l'acteur s'est contenté d'évoquer une «somme très importante».

M. Robinson a souligné que son client s'était rendu plusieurs fois dans son pays depuis le déclenchement de cette affaire, sans aucun problème.

Son avocat avait fait savoir que Paul Hogan était «stupéfié et très déçu que le gouvernement puisse le traiter comme quelqu'un qui pourrait prendre la fuite».

Connu dans son pays dès les années 70 grâce à l'émission «The Paul Hogan Show», l'acteur était devenu célèbre dans le monde entier en 1986 grâce au film «Crocodile Dundee», relatant les aventures d'un chasseur de crocodiles débarquant à New York où il a du mal à s'adapter à la vie urbaine. Il avait ensuite joué dans «Crocodile Dundee II» et «Crocodile Dundee à Los Angeles». (afp)

Ton opinion