Richemont: Croissance ralentie au 3e trimestre
Actualisé

RichemontCroissance ralentie au 3e trimestre

Richemont a vu sa croissance ralentir au troisième trimestre de son exercice 2012/2013, clos fin décembre.

Le groupe de luxe genevois a augmenté son chiffre d'affaires de 9% par rapport à la même période de l'an dernier à 2,86 milliards d'euros (3,56 milliards de francs).

A taux de change constants, la progression ressort à 5%, a indiqué lundi Richemont. La croissance a ralenti par rapport au 1er semestre, où les ventes avaient bondi de 21%. Sur neuf mois, les revenus ont augmenté de 17% à 7,97 milliards d'euros ( 9% à taux de change constants).

Les ventes de détail ont affiché une bonne tenue au 3e trimestre, en hausse de 13% à 1,55 milliard d'euros. Les ventes en gros ont par contre augmenté de seulement 5% à 1,31 milliard d'euros.

La région Amériques est la seule à échapper au ralentissement avec une progression du chiffre d'affaires de 18% à 452 millions d'euros. L'Asie-Pacifique a en revanche subi un coup de frein. Le chiffre d'affaires y a augmenté de 6% à 1,12 milliard d'euros. A taux de change constants, les ventes ont stagné.

L'ouverture de boutiques a soutenu le chiffre d'affaires dans la région. La prudence était cependant de mise chez les partenaires de ventes à Hong Kong et en Chine, note Richemont, l'un des principaux acteurs du luxe avec les français LVMH et PPR.

Coup de frein en Asie

«Après des années de croissance exceptionnelles dans la région Asie-Pacifique, en particulier en Chine, les ventes ont été stables par rapport à une base de comparaison exigeante pour la même période de l'an passé», relève le groupe.

Richemont vient de conclure un accord avec le géant Chow Tai Fook, basé à Hong Kong, pour créer une coentreprise. Le partenaire chinois, première chaîne de bijouterie mondiale, deviendra le distributeur de la marque Baume & Mercier en Chine continentale.

Chow Tai Fook envisage ce partenariat pour accélérer le développement de ses propres activités horlogères en Chine, deuxième marché global du luxe, a annoncé samedi la société chinoise.

Satisfaction en Europe

En Europe, les revenus de Richemont ont augmenté de 11% à 1,01 milliard d'euros, une performance jugée «satisfaisante». A taux de change constants, la croissance s'inscrit à 9%. Quant aux ventes au Japon, elles ont crû de 3% à 281 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires des activités joaillières, qui comprend la marque phare Cartier et Van Cleef & Arpels, s'est étoffé de 8% à 1,48 milliard d'euros. Les activités horlogères, qui réunissent des marques telles que Vacheron Constantin, Piaget, Jaeger-LeCoultre ou Baume & Mercier, ont progressé de 13% à 784 millions d'euros.

La maison Montblanc, spécialisée dans les outils d'écriture, a pour sa part accru ses revenus de 3% à 227 millions d'euros. Les autres activités, qui comprennent Net-a-porter et Chloé, ont progressé de 10% à 374 millions d'euros.

Action sous pression

Richemont n'émet pas de prévisions pour la suite de l'exercice. «A ce stade, il est difficile de prévoir comment les modèles d'affaires vont se développer et comment l'activité va évoluer dans la région Asie-Pacifique dans un avenir proche», fait remarquer l'entreprise, qui emploie quelque 7000 collaborateurs en Suisse, sur un total de plus de 24'000.

Les investisseurs n'ont guère apprécié la performance trimestrielle de Richemont. A la Bourse suisse, le titre, qui a bondi de 50% l'an dernier, lâchait vers 11h00 plus de 6% à 73,95 francs, dans un marché en repli.

Les analystes sont déçus par les ventes au 3e trimestre, en particulier par le fléchissement de la croissance organique. Le ralentissement en Asie-Pacifique est plus plus prononcé que ce qu'ils craignaient. (ats)

Ton opinion