Genève: Croix gammées et obscénités sur une école
Actualisé

GenèveCroix gammées et obscénités sur une école

Des vandales ont amoché plusieurs façades du Cycle d'orientation de la Golette, dans la nuit de jeudi à vendredi. Les inscriptions doivent être effacées avant le cortège des élèves.

par
Marine Guillain

«Voilà à quoi vont être confrontées nos petites têtes blondes aujourd'hui, jour de promotion», déplore une lectrice. Vendredi matin, quelques heures avant le cortège des élèves du primaire, cette maman découvre les dégâts réalisés sur les murs du Cycle d'orientation de la Golette, à Meyrin, en conduisant sa fille à l'école. «Femmes au buchers» (sic), «nique ta mère», ou «suce» sont inscrits sur les façades. Des dessins représentent des sexes et des croix gammées.

Les déprédations ont été faites durant la nuit, après la fête de fin d'année du CO, indique le directeur général de l'enseignement obligatoire, Pierre Kolly. Il ajoute qu'il n'y a pour l'instant aucune indication sur les auteurs. Le concierge a rapidement mandaté une entreprise pour faire disparaître les inscriptions avant les promotions primaires. En effet, le cortège des élèves passera devant le Cycle de la Golette en début de soirée.

Les vandales auraient agi entre 2h et 4h du matin. Plusieurs personnes étaient encore sur les lieux et prolongeaient la soirée de fin d'année. Un membre du corps enseignant aurait vu deux jeunes, mais n'aurait pas osé sortir et n'aurait pas contacté la police.

Les élèves de la Golette ont terminé les cours depuis une semaine déjà. Mais certains étaient quand même présents vendredi matin. «Ils regardaient les inscriptions racistes avec les yeux écarquillés. Plusieurs parents ont aussi vu les dégâts en passant. C'est inadmissible d'en arriver là», s'insurge la maman d'élève qui nous a envoyé les photos. Selon elle, presque tout le bâtiment est touché, de l'entrée principale au pavillon: «Je ne sais pas comment ils vont faire pour nettoyer tout ça d'ici cet après-midi», se désespère-t-elle. Quelques heures plus tard, vers 16h, tout avait été effacé.

Selon des lecteurs, quatre autres établissements scolaires meyrinois ont été tagué cette nuit-là. Les écoles du Livron, de Bellavista, de Champs-Fréchets et des Boudines ont également reçu la visite de ces «artistes».

Ton opinion