Etats-Unis: CS en conflit avec l'autorité du logement
Actualisé

Etats-UnisCS en conflit avec l'autorité du logement

Contrairement à UBS, Credit Suisse n'a pas encore trouvé d'entente aux Etats-Unis pour régler le conflit qui l'oppose à l'Agence fédérale de financement du logement (FHFA).

La deuxième banque helvétique ne s'attend pas à devoir subir une charge importante.

La deuxième banque helvétique ne s'attend pas à devoir subir une charge importante.

«Nous pensons avoir agi de manière responsable», a dit Brady Dougan, directeur général de Credit Suisse, jeudi à Zurich en marge de la présentation des comptes au deuxième trimestre. Les pertes, auxquelles les établissements Fannie Mae et Freddie Mac ont été confrontés avec le portefeuille de Credit Suisse, se montent à 100 millions de dollars (93-94 millions de francs) au maximum.

Au coup par coup

Credit Suisse évalue de trimestre en trimestre les besoins en provisions, a précise son patron américain. Au deuxième trimestre 2013, l'établissement a provisionné une somme nette de 155 millions de francs pour tous les cas juridiques. Brady Dougan n'a pas voulu articuler de chiffres pour l'affaire de la FHFA.

Cette dernière représente Fannie Mae et Freddie Mac, qui tous deux se plaignent d'avoir été abusés dans des affaires de titrisation de créances hypothécaires par 18 banques. Les deux organismes parapublics de refinancement de prêts immobiliers font valoir un dommage de 1,2 milliard de dollars plus les intérêts.

UBS aussi

Touchée aussi, UBS a annoncé lundi la conclusion d'un accord de principe avec la FHFA. Celle-ci reprochait à la première banque suisse d'avoir vendu entre 2004 et 2007, en pleine bulle immobilière, pour 4,5 milliards de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires résidentielles («RMBS») à Fannie Mae et Freddie Mac.

Ne chiffrant pas le montant de cet accord, UBS assure avoir constitué antérieurement des provisions dans le cadre d'une affaire survenue dans le contexte de la crise des «subprime». Elle a toutefois passé une charge de 865 millions de francs pour litiges et revalorisations d'actifs financiers. (ats)

Ton opinion