Vancouver 2010: Cuche impressionne tout le monde à Whistler
Actualisé

Vancouver 2010Cuche impressionne tout le monde à Whistler

Gonflé à bloc après ses premières places lors des deux entraînements de la descente messieurs, le skieur des Bugnenets n'a pas cédé à l'euphorie.

par
Marc Fragnière
Vancouver

Alors que la météo semble vouloir jouer les trouble-fêtes d'entrée de Jeux et que cette première répétition n'a pas été validée par le jury, le Neuchâtelois a marqué son territoire à Whistler. «Le fait qu'il ait gagné les deux entraînements démontre qu'il est en grande forme. Sa blessure à un pouce n'a pas semblé le déranger plus que cela. Il sera l'homme à battre», a déclaré Carlo Janka à propos de son aîné.

Tel un vieux sage, Didier Cuche n'a pas pour autant pavoisé après sa démonstration. «Bien sûr, tout le monde aimerait que je décroche la médaille d'or. Les médias, plein de gens derrière leur TV et moi aussi! Mais tout se joue en moins de deux minutes. C'est du tout ou rien. Après m'être retrouvé au tapis à Alta Badia et avoir subi une opération lors d'un passage éclair à l'hôpital, c'est comme une deuxième chance pour moi d'être là», a-t-il déclaré.

Sur une piste inconnue de tous les coureurs hormis des Canadiens, Didier Cuche s'est tout de suite senti à l'aise: «Je l'ai beaucoup appréciée. Déjà à la fin de la reconnaissance j'ai remarqué que j'étais bien. Ce tracé est très varié. Je l'assimile à un snowpark géant. Il y a des bosses, des courbes à prendre à grande vitesse, des virages serrés, des dévers, des sauts, des passages rapides comme sur la fin du parcours. Il y a aussi des mouvements de terrain avec des plats et des parties très raides ».

Défago a pris une sérieuse option

Les JO n’ont pas encore commencé que déjà la météo fait des siennes. Alors que la descente olympique est prévue samedi, les coureurs n’ont eu droit qu’à un entraînement raccourci jeudi, la faute à un épais brouillard et aux chutes de neige. Derrière Cuche (1er), c’est une nouvelle fois le duo Hoffmann (5e) - Défago (6e) qui s’est distingué. Corollaire, il semble inévitable que le dernier ticket suisse pour la descente revienne à Défago.

Ton opinion