Actualisé 13.06.2011 à 21:02

Tour de SuisseCunego privé de sa course parfaite

L'Italien a endossé hier le maillot de leader du Tour de Suisse. Le Slovaque Sagan lui a toutefois soufflé la victoire dans la 3e étape.

de
Oliver Dufour/Grindelwald
le Slovaque Peter Sagan s'est imposé à Grindelwald devant l'Italien Cunego, qui endosse le maillot jaune.

le Slovaque Peter Sagan s'est imposé à Grindelwald devant l'Italien Cunego, qui endosse le maillot jaune.

Les routes helvétiques réussissent à Damiano Cunego. Vainqueur de la 2e étape du Tour de Romandie à Romont, le 28 avril dernier, il a failli récidiver lors de l'étape reine du 75e Tour de Suisse. L'Italien, déjà 2e la veille à Crans-Montana, s'est montré impressionnant d'aisance dans les 4 derniers kilomètres du col hors catégorie de la Grande-Scheidegg (1962 m), dont la pente grimpe jusqu'à 22%. Il a remonté un à un tous les échappés pour combler ses 2' de retard et franchir seul le sommet.

Son rythme effréné semblait avoir mis tout le monde d'accord. C'était compter sans le retour en trombe du Slovaque Peter Sagan, 3e du prologue samedi au Tessin. Le natif de Zilina a tout donné dans la vertigineuse descente vers l'arrivée, qui a d'ailleurs sonné le glas de son coéquipier Christiano Salerno. Tombé, le Transalpin a été transporté à l'hôpital avec une clavicule cassée. Sagan a coiffé Cunego avant la ligne. Il avait fait partie d'un groupe d'une trentaine de fuyards, dont le Luxembourgeois Andy Schleck et les Suisses Michael Albasini et Rubens Bertogliati, partis avant la montée du Grimsel (2165 m) avant d'être lâchés.

«Je suis surpris de ma victoire, s'est étonné le Slovaque. N'étant pas un grimpeur, mon plan était d'être dans une échappée avant le premier grand col. Dans le final, j'ai joué la gagne. Je ne voulais pas faire de cadeau juste parce qu'il s'agissait de Damiano!» Loin d'avoir été éclipsé, le leader, Juan Mauricio Soler, s'est accroché pour terminer 9e. Il compte moins d'une minute de retard sur Cunego, à qui il cède son maillot jaune.

Michael Albasini (S), 24e de la 3e étape:

Je voulais réussir quelque chose dans cette étape, mais il fallait être très fort. J’ai vraiment fait ce que j’ai pu et je crois que je n’étais pas en mesure de donner plus. Il y avait d’excellents éléments à l’avant de la course et je n’ai pas pu les suivre jusqu’au bout. L’équipe Leopard-Trek, surtout, a dicté un rythme très rapide en échappée. Il n’y avait pas de possibilité pour moi de rester dans le coup. C’était encore plus dur avec la pluie et le froid. Mais je suis assez satisfait de ma performance. Je retrouve gentiment de bonnes sensations et ma motivation.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!