Actualisé 22.10.2010 à 17:08

Sommet de la francophonie«Cyber-écoliers» acadiens en démonstration

Pour quelques jours, des élèves issus d'un projet pilote de «classe numérique» ont déplacé leur salle de cours sous le Marché couvert, à Montreux, au Sommet de la francophonie.

von
Joël Burri

«Ce qui est le plus plaisant, c'est de voir nos élèves expliquer leur façon de travailler à des élèves suisses», relate Danis Michaud enseignante dans une école participant à un projet pilote de «classe numérique» initié par la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Et si les jeunes Vaudois, en vacances cette semaine, s'intéressent tant aux conditions de travail de leurs collègues d'Amérique du Nord, c'est que celle-ci les font rêver. «En fait, nous n'avons pas de cours de technologie», explique Danis Michaud. «Mais toutes les branches sont enseignées à l'aide d'ordinateurs».

La poignée d'écoliers membres de la délégation du Nouveau Brunswick au Sommet de la francophonie appartiennent, en effet, à l'une des douze classes de ce type mises en place par la province bilingue: six en français, six en anglais, tous âgés de 12 à 13 ans. Hier, devant le président et le vice-président de leur province, les ambassadeurs en herbe on témoigné d'un bel enthousiasme!

«Je suis convaincue que les élèves apprennent mieux ainsi», se réjouit Danis Michaud qui participe à ce projet depuis son lancement, il y a six ans. «En particulier, les garçons son plus motivés.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!