Spamhaus: Cyberattaque «au bazooka»: une arrestation
Actualisé

SpamhausCyberattaque «au bazooka»: une arrestation

Un Néerlandais de 35 ans a été interpellé en Espagne pour son implication présumée dans la cyberattaque contre Spamhaus.

Une attaque informatique sans précédent a visé en mars l'entreprise basée à Genève et qui recense des spams. Elle a, selon certains, ralenti le trafic internet mondial. «Il est soupçonné d'être impliqué dans l'attaque et c'est pour cela que le parquet néerlandais a demandé son arrestation», a déclaré Wim de Bruin, porte-parole du parquet néerlandais. Selon lui, le suspect, interpellé jeudi, devrait être remis «d'ici peu» aux autorités néerlandaises.

Dans un communiqué, le parquet a indiqué que le domicile du suspect à Barcelone avait été perquisitionné sur demande du parquet néerlandais et que des ordinateurs et téléphones portables ont été saisis. Un mandat d'arrêt européen avait été émis contre lui.

Spamhaus est un groupe basé à Genève qui publie des «listes noires» d'adresses de spams dont se servent les messageries pour filtrer les mails indésirables. L'entreprise avait subi fin mars et pendant plusieurs jours un piratage à grande échelle.

«Ministre de la république Cyberbunker»

Spamhaus avait pointé du doigt le site internet néerlandais Cyberbunker, qu'il venait de placer sur liste noire. Cyberbunker s'était plaint d'être présenté par Spamhaus comme un paradis de la cybercriminalité et des spams.

Le parquet a identifié le suspect par les initiales S.K., mais une source proche de l'enquête a confirmé qu'il s'agissait de Sven Olaf Kamphuis, déjà cité à plusieurs reprises dans le cadre de cette affaire. M. Kamphuis se présente sur sa page Facebook comme «le ministre des Télécommunications et des Affaires étrangères de la république Cyberbunker».

L'attaque dite de «déni de service» (DDOS) avait également été menée contre «des partenaires de Spamhaus aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne», a assuré le parquet néerlandais. Une attaque DDOS se traduit par un nombre très élevé de demandes de connexions non sollicitées qui finissent par bloquer un site.

M. de Bruin n'a pas souhaité spéculer sur d'éventuelles autres arrestations à suivre. Selon des experts, les attaques menées contre Spamhaus ont consisté à inonder les serveurs de Spamhaus avec 300 gigabytes de données par seconde, contre 50 gigabytes pour les précédentes attaques de ce genre. (ats)

Ton opinion