Suisse: Cyberattaques: Berne veut mieux se protéger
Actualisé

SuisseCyberattaques: Berne veut mieux se protéger

Les attaques informatiques ont augmenté l'an dernier. Le Conseil fédéral continue de prendre des mesures contre les cyberattaques.

Le Conseil fédéral lance une deuxième stratégie pour renforcer la défence contre les cyberattaques.

Le Conseil fédéral lance une deuxième stratégie pour renforcer la défence contre les cyberattaques.

DR/Photo d'illustration

A l'avenir, les attaques informatiques seront toujours plus fréquentes. Pour faire face à cette menace, le Conseil fédéral a décidé mercredi de lancer une deuxième stratégie de protection contre les cyberrisques. Elle doit poursuivre le travail de l'actuelle, qui prend fin cette année.

En 2016, l'intensité et la fréquence des attaques informatiques se sont accrues. Le cyberespionnage notamment est en hausse. Le Conseil fédéral prend ces menaces au sérieux et entend continuer à développer la protection contre les risques informatiques.

Celle-ci a été lancée en 2012 avec la première stratégie. Elle a certes permis de renforcer la défense, mais la menace et la mise en réseau ont également augmenté. D'ici la fin de l'année, l'unité de pilotage informatique devra définir une nouvelle stratégie pour les années 2018-2023.

Objectifs partiellement atteints

Elle devra reposer sur les structures et les processus déjà lancés et aura pour but de renforcer durablement la protection contre les cyberrisques. A cette fin, le Conseil fédéral a décidé de prolonger pour une durée indéterminée le financement des 30 postes de travail créés pour la première stratégie.

Le gouvernement a également adopté le rapport 2016 sur la mise en oeuvre de cette stratégie. Quinze des seize mesures ont été réalisées. La mise en oeuvre, décentralisée, fonctionne bien globalement, estime dans une analyse un consultant externe.

Certains objectifs n'ont été que partiellement atteints, comme la prévention de la vulnérabilité des infrastructures informatiques, la coordination des attaques internationales complexes, ou encore l'interface commune avec l'armée. Des efforts sont encore à faire dans la communication, tant à l'interne qu'à l'externe. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion