Cyclisme: dopage
Actualisé

Cyclisme: dopage

Le parquet de Bonn a reçu de la justice espagnole les résultats de l'Opération Puerto, l'enquête sur le réseau de dopage du Dr Eufemiano Fuentes.

Le tribunal allemand instruit actuellement une plainte pour escroquerie contre Jan Ullrich.

Cette coopération judiciaire internationale s'est élargie à la Suisse et la Belgique, qui doivent fournir les résultats des perquisitions opérées en septembre au domicile helvétique d'Ullrich et à celui de son mentor, le Belge Rudy Pevenage.

Le parquet de Bonn attend désormais des autorités espagnoles un échantillon de sang retrouvé dans le cabinet du Dr Fuentes pour le comparer avec une trace ADN d'Ullrich. La comparaison des échantillons permettra d'affirmer ou non si le prélèvement identifié par un code appartient bien à Ullrich.

Ullrich, seul Allemand à avoir remporté le Tour de France (1997), est soupçonné d'être l'un des clients de Fuentes, médecin au cœur du réseau de dopage sanguin démantelé par la police espagnole en mai.

Ullrich s'est vu interdire de prendre le départ du Tour de France par T-Mobile qui l'a licencié en juillet: il fait l'objet d'une plainte ainsi que son ancien coéquipier Oscar Sévilla et Rudy Pevenage pour escroquerie, en l'absence d'une législation antidopage en Allemagne.

La plainte émane de Britta Bannenberg, professeur d'université à Bielefeld (ouest), spécialiste en criminologie et elle-même ancienne athlète qui, pour justifier l'escroquerie, estime que «Jan Ullrich a caché à T-Mobile l'utilisation de substances illicites et se les est procurées grâce à son salaire et à ses primes».

(ats)

Ton opinion