Actualisé 02.05.2017 à 19:03

GenèveCyclistes au secours des automobilistes en panne

Des patrouilleurs en vélo permettront de réduire le temps d'intervention auprès des véhicules en rade au centre-ville, selon le TCS.

von
David Ramseyer
dra

Une batterie déchargée ou un pneu à plat, et vogue la galère. Surtout en plein coeur de Genève, où un conducteur doit attendre une cinquantaine de minutes en moyenne avant de voir apparaître un dépanneur du Touring Club Suisse (TCS), selon les calculs de ce dernier. Pour réduire le temps d'intervention à une grosse demi-heure, douze patrouilleurs opéreront à vélo électrique dès jeudi dans les hyper-centres genevois et zurichois (ndlr; six dans chaque ville à raison d'un par jour). Aucune autre cité helvétique n'est nommée pour l'heure.

«Avec la hausse du trafic et les bouchons qui en résultent, il est plus facile d'accéder au centre-ville en deux-roues», note Franco Gerardi. Le responsable Patrouille TCS Région Ouest estime que la diminution du temps d'attente n'est pas le seul avantage de cette nouvelle formule. «C'est plus écologique et cela nous donnera une meilleure flexibilité. On peut emprunter des itinéraires directs qui sont interdits aux voitures. Enfin, il est plus aisé de s'arrêter près d'un véhicule en panne sans gêner le trafic avec un vélo plutôt qu'en voiture.»

Mollets mis à contribution

Les e-bikes, qui seront sur le terrain de mai à septembre du lundi au vendredi de 7h30 à 19h30, tireront derrière eux une remorque de 70 kilos. A l'intérieur: un matériel susceptible de réparer 65% des incidents sur lesquels intervient habituellement le TCS - batteries déchargées et changement de roue en tête.

Quant aux dépanneurs sur deux-roues, ils sont tous volontaires. Jonas est l'un d'eux: «J'ai dit oui parce que j'aime beaucoup le vélo et puis ça va briser la routine. Maintenant, avec la remorque, je ne pensais pas que ce serait si pénible». Heureusement, lui et ses collègues décideront seuls s'ils opèrent en vélo ou en voiture.

Tout dépendra de la météo: avec une telle charge, difficile en effet de pédaler sans danger et efficacement en cas de grosse pluie, de neige ou de chaleur caniculaire. Et même si le TCS entend réduire son temps d'intervention, il assure qu'il ne fera pas pression sur ses cyclistes-dépanneurs pour qu'ils bondissent en toute occasion sur leur destrier de métal: «Notre responsabilité d'entreprise est de répondre aux besoins de nos membres, remarque le porte-parole du Touring, Yves Gerber. Mais pas au détriment de nos employés».

Déjà des dépannages en vélo

Depuis 2013, via un numéro gratuit (0800 140 150), Genève Roule intervient sur le terrain pour dépanner des cyclistes toute l'année, du lundi au samedi, et partout dans le canton. Les membres de l'association bénéficient de la gratuité du service mais paient un supplément si l'intervention se prolonge au-delà de 10 minutes. Les non-membres peuvent également être dépannés. Dans ce cas, un forfait supplémentaire leur est facturé. Les cycles sont réparés sur place. Si cela est impossible, ils sont alors emmenés dans un atelier. Cette structure de Genève Roule, les "mécaniciens volants", est un projet de réinsertion pour chômeurs qui emploie de 4 à 5 personnes, dont 2 sont chaque jour sur le pont.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!