Offshore Leaks: D'autres places financières enfin dans le viseur
Actualisé

Offshore LeaksD'autres places financières enfin dans le viseur

D'autres places financières que la Suisse sont pour une fois sous le feu des projecteurs. Il s'agit de la première prise de position publique de la ministre des finances sur l'Offshore Leaks.

La Suisse a déjà beaucoup fait au cours des dernières années pour endiguer l'escroquerie et la fraude fiscale, a déclaré Mme Widmer-Schlumpf dans une interview donnée à la chaîne de radio alémanique SRF 4 News. Elle n'a pas évoqué la possible implication de banques suisses, précisant que de telles combinaisons financières peuvent aussi être tout à fait légales.

La Suisse plaide depuis longtemps à l'échelon international pour un «Level Playing Field» qui permettrait d'améliorer les contrôles des places financières offshore, a-t-elle précisé. Tous les acteurs du marché seraient selon ce modèle soumis aux mêmes règles et à des interventions régulatrices. Tous les paradis fiscaux du monde doivent être traités de façon équitable, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement suisse ne désire pas obtenir l'accès aux données en possession du réseau de journalistes. Il se tient fermement à sa stratégie, qui lui défend de consulter des données acquises illégalement. Les cantons ont en revanche la compétence de le faire et sont libres d'examiner ces documents, a souligné Eveline Widmer-Schlumpf. (ats)

Ton opinion