Mies (VD): D'inattendues cigognes au bord du lac Léman
Actualisé

Mies (VD)D'inattendues cigognes au bord du lac Léman

Deux oiseaux ont été observés dimanche sur la plage de la localité vaudoise. Une rareté à cette période de l'année.

par
jef
Le froid a chassé des cigognes vers le sud, mais aussi des buses variables, des milans royaux et des alouettes des champs.

Le froid a chassé des cigognes vers le sud, mais aussi des buses variables, des milans royaux et des alouettes des champs.

Leser-Reporter/Eugenio Lonigro

«J'ai été aussi enchanté que surpris par cette magnifique rencontre», raconte Eugenio, qui se promenait au bord de l'eau dimanche à Mies (VD). Il a eu raison de s'étonner: croiser des cigognes à cette période, qui plus est glaciale, est peu commun. Normalement, elles se trouvent en Espagne ou au Maghreb, dont elles ne remontent qu'à partir de mi-février. «Il s'agit sans doute ici d'oiseaux sédentarisés plus au nord qui ont fui les grands froids, expose le biologiste Lionel Maumary, président du cercle ornithologique de Lausanne. Elles sont probablement venues au bord de l'eau car les sols étaient gelés.»

Son hypothèse est confirmée par Gottlieb Dändliker, l'inspecteur de la faune genevois. «Certaines cigognes sont de moins en moins migratrices, capables de se nourrir sur les décharges. Certaines d'entre elles ne se déplacent plus et restent dans nos contrées à l'année, en Suisse vers Soleure, notamment.»

Les oiseaux n'entament pas leur voyage et parient, en quelque sorte, que les conditions resteront clémentes. «Certains canards ne partent ainsi que quand les lacs gèlent. Pour les buses, c'est la neige qui déclenche les vols», explique le scientifique genevois. Son homologue vaudois abonde. Il observe que cette année, les frimas ont chassé du nord «beaucoup de buses variables, de milans royaux et d'alouettes des champs».

Hier dimanche nous étions plage de Mies et nous avons été enchanté autant que surpris de cette magnifique rencontre.

Ton opinion