Justice vaudoise: D’abord condamné pour un incendie mortel, il est acquitté

Publié

Justice vaudoiseD’abord condamné pour un incendie mortel, il est acquitté

Accusé en 2017 d’une négligence coupable, avec sa cuisinière et son chat, qui avait coûté la vie à une femme de 22 ans, l’individu avait fait appel.

par
Frédéric Nejad Toulami
Le sinistre avait ravagé un immeuble en avril 2017 à Payerne. Une victime y avait été retrouvée sans vie.

Le sinistre avait ravagé un immeuble en avril 2017 à Payerne. Une victime y avait été retrouvée sans vie.

dr

«Mon client est toujours affecté car cet incendie mortel est parti de chez lui, mais il est soulagé de ne plus être coupable pénalement de cela.» Défenseur du trentenaire reconnu coupable l’an passé d’incendie par négligence et d’homicide par négligence, Me Albert Habib est satisfait de l’acquittement qu’il vient d’obtenir auprès du Tribunal cantonal.

Les détails (ndlr: les considérants) de ce verdict en appel ne sont pas encore connus. Mais l’avocat lausannois avait obtenu un complément d’expertise. Il avait toujours soutenu qu’un dysfonctionnement électrique dans cet immeuble locatif vétuste à Payerne ne devait pas être exclu.

Trop compliqué pour que le chat enclenche la cuisinière?

En première instance, le juge unique avait retenu les arguments notamment du Ministère public, qui pointaient du doigt des négligences de la part de l’accusé. Il n’avait jamais enclenché la sécurité de sa cuisinière en vitrocéramique, pour empêcher qu’une plaque s’allume par simple contact.

Son chat avait déjà réussi un jour à appuyer sur une touche digitale en montant sur la cuisinière. De plus, le locataire laissait divers objets inflammables traîner dessus. Me Habib souligne qu’il ressort du nouveau rapport plusieurs conditions cumulatives pour que le chat parvienne à enclencher une plaque de la cuisinière. Les juges cantonaux semblent avoir retenu les doutes qui planent en faveur de l’accusé.

Un recours au Tribunal fédéral demeure possible pour la mère de la victime et le Ministère public.

Ton opinion