Révolte en Syrie: Damas vit son printemps avec calme et sérénité
Actualisé

Révolte en SyrieDamas vit son printemps avec calme et sérénité

Au lendemain du discours du président Bachar Al-Assad, la capitale syrienne respire la tranquillité, mais retient son souffle.

par
Shahïn Ammane/Damas

Dieu protège la Syrie et Assad la guide. Un vent de printemps balaie la Damas éternelle et ses nombreuses banderoles aux slogans patriotiques. Un vent qui charrie les senteurs de jasmin et d'amandes fraîches vendues 50 livres (1 fr.) la demi-livre dans l'artère principale du souk Hamidi de la capitale. S'y mêlent les cris des vendeurs ambulants traînant derrière eux leur lourde carriole chargée de marchandises. Aucun signe d'agitations au lendemain du discours tant attendu du Ras Bachar Al-Assad. Un élément retient toutefois l'attention.

Au lieu de diffuser les sempiternelles chaînes musicales arabes, les téléviseurs des cafés sont tous branchés sur le canal syrien. Passent en boucle les extraits du speech présidentiel entrecoupé de messages de soutien, d'images d'accolades entre Assad et des dignitaires religieux et d'explications d'experts politiques.

«Il nous fallait ça pour comprendre», ironise Hassan. Attablé avec des amis musulmans et chrétiens, l'employé de banque de 32 ans avoue sa déception entre deux bouffées de Nargiuil. «J'espérais l'entendre parler de la fin de l'état d'urgence et de la liberté d'expression et de la presse», souffle-t-il.

Lara le reprend: «Il n'avait pas à répéter ce que sa conseillère avait déjà annoncé. Il a affirmé que les réformes doivent être accélérées et non précipitées. S'il avait convenu d'une date, des voix les auraient dénoncées». S'enchaîne un débat sur l'unité nationale, le rejet des guerres communautaires, la corruption et le coût de la vie.

Les jeunes accordent cependant toute leur confiance en leur leader et dénoncent les attaques dont il est la cible dans la presse étrangère. «Dieu, la Syrie et Bachar», lancent-ils en chœur comme un défi au monde

Appel à la journée des martyrs

Divers groupes arabes de Facebook (Revolution syrienne, journée de la colère syrienne) comptant près de 100 000 membres appellent aujourd'hui à une journée des martyrs. Ils encouragent les fidèles à manifester dans tout le pays, après la prière du vendredi, en mémoire aux personnes tombées lors des rassemblements précédents.

Enquête ouverte sur les morts

Le président syrien a chargé le Conseil supérieur de la magistrature de former un commission pour enquêter sans délai sur les morts de Deraa et de Lattaquié. A Deraa, épicentre de la contestation, il y a eu entre 30 et 130 morts, selon les sources. A Lattaquié, 25 personnes ont perdu la vie.

Ton opinion