Football: Dams: «Il faut vivre le système de l'intérieur»
Actualisé

FootballDams: «Il faut vivre le système de l'intérieur»

Zurich affronte le Borussia Mönchengladbach en Europa League. Niklas Dams, actuel capitaine de Servette, a passé 10 ans chez les «Fohlen». C'est dire s'il connaît la maison.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Niklas Dams évolue depuis 2013 à Servette.

Niklas Dams évolue depuis 2013 à Servette.

A 24 ans, Niklas Dams affiche déjà le calme d'un routinier. Son développement et son expérience du football professionnel en Allemagne ont fait de lui une pièce importante du collectif grenat depuis l'été 2013. Durant les dix ans qui ont précédé son arrivée au SFC, il a porté les couleurs du Borussia Mönchengladbach et côtoyé son entraîneur, le Vaudois Lucien Favre.

Niklas Dams, suivez-vous encore souvent votre ancien club?

- Naturellement! Je suis très régulièrement la Bundesliga, c'est normal. Mais Mönchengladbach, c'est spécial, j'y ai joué tellement longtemps. Je suis tout ce qui se passe sur le site du club.

Comment évaluez-vous son début de saison, alors qu'il pointe à la deuxième place du classement après six journées?

- Le club le mérite car il s'est bien renforcé, sur des points précis. Cette deuxième place ne constitue pas une surprise pour moi. Les gars sont vraiment très disciplinés et possèdent une excellente philosophie de jeu. Mönchengladabch a du succès en Bundesliga car il n'a pas le profil type des autres équipes.

Vous pouvez développer?

- Peu d'équipes jouent ainsi. Ils sont vraiment très rapides, toujours orientés vers le but adverse. Et je crois que beaucoup d'adversaires se retrouvent devant un casse-tête face à cette philosophie de jeu.

Mais tous les clubs engagent des techniciens qui observent et décortiquent le jeu des adversaires pour préparer leurs joueurs. Impossible contre Mönchengladbach?

- Dans la semaine qui précède, les adversaires doivent s'adapter, se préparer à affronter un système unique, parfois une semaine ne suffit pas. En ne jouant que deux fois par année contre Mönchengladbach, c'est compliqué de comprendre comment Lucien Favre fait jouer l'équipe.

Quelles sont les raisons qui rendent ce système si compliqué à analyser?

- Vous savez, Monsieur Favre va vraiment très souvent jusque dans les moindres détails. Je l'ai vécu durant les entraînements. Mais c'est à force de répéter et d'insister sur les détails que, finalement, tout le monde s'imprègne de ses idées. Son système, il faut le vivre de l'intérieur pour vraiment le comprendre. Et c'est une des raisons de son succès.

Avez-vous conservé des contacts avec votre ancien coach?

- Oui, jusqu'à il y a deux mois, j'ai d'ailleurs eu des contacts téléphoniques réguliers avec Lucien Favre. Il se renseigne sur la façon dont ça se passe ici pour moi, et comment je vais. Et lorsque je passe en Allemagne, je vais les voir à l'entraînement ou au match, c'est important. J'ai tout de même travaillé pendant deux ans avec Monsieur Favre et une grande partie de l'équipe actuelle.

Trois absents

Borussia Mönchengladbach se déplace au Letzigrund sans son meneur de jeu Raffael, blessé à une cuisse, et sans Fabian Johnson (tendon d'Achille). Le champion du monde Christoph Kramer (mollet), qui forme habituellement la paire de milieux défensifs avec l'international suisse Granit Xhaka, sera également absent. Le Bâlois, pour sa part, se réjouit de retrouver le FC Zurich. «Comme ancien du FCB, cela représente presque un derby, dit-il sur le site de la Bundesliga. Je n'ai jamais perdu contre le FCZ et il faut que cela continue!»

Ton opinion