Danemark: l'extrême-droite garde toute sa force
Actualisé

Danemark: l'extrême-droite garde toute sa force

Le premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen a remporté un troisième mandat consécutif, obtenant la majorité absolue au Parlement lors des législatives de mardi.

Mais il devra toujours dépendre du soutien d'une extrême-droite renforcée.

«C'est historique, car c'est la première fois que les libéraux obtiennent trois mandats de suite», a lancé M.Rasmussen, qui a promis pendant sa campagne de réduire les impôts et de rester ferme sur la question des demandeurs d'asile.

Le Parti libéral de M.Rasmussen, son allié conservateur et le Parti du peuple danois (PPD, extrême-droite), qui les soutient au parlement, disposent d'au moins 90 sièges, ce qui leur garantit la majorité absolue au «Folketing», qui en compte 179. La coalition disposait de 94 élus dans le parlement sortant.

Appel du pied

«Nous souhaitons impliquer les partis qui m'ont désigné comme premier ministre pour élaborer un programme politique pour la poursuite du gouvernement libéral-conservateur», a ajouté M. Rasmussen. Même s'il n'en a pas besoin pour gouverner, il s'agit d'un appel du pied au nouveau parti de centre-droit, Nouvelle Alliance, qui a remporté cinq sièges.

Cette formation, dirigée par un ancien député du parti radical, le syro-palestinien Naser Khader, est opposée à l'extrême droite et à la politique très stricte sur les réfugiés suivie par le gouvernement sortant. Elle a indiqué qu'elle soutiendrait le premier ministre sous certaines conditions.

L'opposition sociale-démocrate, créditée elle de 81 élus, a sans attendre reconnu sa défaite. «Beaucoup ont voté pour les sociaux- démocrates, mais ce n'était pas suffisant et nous aurions aimé une plus grande adhésion de l'électorat», a affirmé Helle Thorning- Schmidt, la dirigeante de la formation de gauche. (ats)

Ton opinion