Daniel Brélaz à disposition de son parti pour siéger au Conseil fédéral
Actualisé

Daniel Brélaz à disposition de son parti pour siéger au Conseil fédéral

Le syndic de Lausanne Daniel Brélaz le répète: il est partant pour le Conseil fédéral.

Si les conditions sont réunies, si les Suisses veulent un écologiste, il entrera dans la course dès 2007, a-t-il déclaré jeudi dans une interview au «Matin».

A un an des élections fédérales, Daniel Brélaz explique dans ce quotidien être prêt à assumer la fonction de conseiller fédéral. «Je crois avoir prouvé mes compétences sur les dossiers. Si on me la propose, la tâche ne se refuse pas».

Le géant vert déclare ne vouloir se proposer que si les conditions sont réunies. «Les sondages nous créditent de 9,5 % des voix. Pour prétendre au Conseil fédéral, il faudrait passer le cap des 11 %.»

Ce ne sera peut-être pas pour 2007, mais qui sait. D'autant que la population rejette la formule actuelle avec deux UDC et deux radicaux qui imposent une politique trop à droite.»

Crainte de Christoph Blocher

Le syndic de Lausanne souligne le manque d'unanimité actuel de son parti face à une entrée au gouvernement. «Une partie des Verts voudrait consoldider davantage notre position avant de se lancer. Bref, attendre 2011 et le départ de Blocher. Il existe une crainte extraordinaire de sièger avec lui. Pour beaucoup, c'est lui ou nous.»

Daniel Brélaz, lui, n'a «pas peur de ce populiste qui fonctionne au slogan, mais de sa politique», admet-il. «Pour ma part, un Vert pourrait entrer au Conseil fédéral si l'on s'entend auparavant sur un programme de législature. Ou si le rapport de force change. Avec un écologiste, deux socialistes et une PDC, des alliances sont imaginables. Mais tant que le Conseil fédéral restera dans une logique d'exclusion, ce n'est pas la peine d'en être», conclut-il.

(ats)

Ton opinion