Coronavirus: Daniel Koch: «La question du masque est surfaite»
Publié

CoronavirusDaniel Koch: «La question du masque est surfaite»

Dans une interview accordée à Blick, «Monsieur Coronavirus» donne son avis sur les dernières décisions du Conseil fédéral.

par
fss/joc
Daniel Koch a pris sa retraite au mois de mai.

Daniel Koch a pris sa retraite au mois de mai.

Keystone

Daniel Koch a beau être à la retraite depuis six semaines, l’heure n’est pas au farniente et à la dolce vita. «Le coronavirus est toujours mon pain quotidien», explique à «Blick» l’ancien responsable œuvrant à l’OFSP. Aujourd’hui, l’homme de 65 ans travaille comme consultant dans le privé et suit l’évolution de la pandémie de très près.

Interrogé sur la décision du Conseil fédéral d’imposer le port du masque dans les transports publics, «Monsieur Coronavirus» estime que cette mesure est «logique». Mais il ne cache pas son scepticisme: «On peut discuter du timing. Le Conseil fédéral aurait dû introduire le masque plus tôt lors du redémarrage des transports publics», poursuit le spécialiste des maladies transmissibles, qui défend tout de même le CF: «Le facteur décisif était que la population comprenne l’enjeu.»

Fermeture des écoles pas nécessaire

Au début de la pandémie, Daniel Koch avait martelé que les masques n’étaient d’aucune utilité pour la population. Toutefois, le nouveau retraité ne veut pas entendre parler d’erreur de communication: «La question du masque est surfaite depuis le début. Il en va de même aujourd’hui qu’il y a trois mois. Il est plus important de garder ses distances que de porter un masque», estime l’ancien homme fort de l’OFSP. Le scientifique déplore le fait que le port du masque fasse oublier les règles de distance sociale.

Daniel Koch estime par ailleurs que la fermeture des écoles n’était «pas nécessaire d’un point de vue épidémiologique». «Dès le début, il a été dit que les enfants ne sont pas les principaux moteurs de l’épidémie», rappelle le spécialiste. Il ajoute cependant que cette décision était juste: «Les fermetures d’écoles ont été extrêmement efficaces. Les gens ont compris qu’il fallait garder ses distances, renoncer aux voyages et aux fêtes de famille», conclut-il.

Ton opinion

298 commentaires