Dans dix ans, aller de Lisbonne à Porto en une heure et quart

Publié

Train à grande vitesseDans dix ans, aller de Lisbonne à Porto pourrait se faire en une heure et quart

Au Portugal, un projet de train à grande vitesse permettra, après 2030, de relier les deux plus grandes villes en 1h15. Les travaux commenceront en 2024, près de Porto, et se boucleront à Lisbonne.

Les travaux de la première phase du projet ferroviaire, entre Porto (photo) et Soure, près de Coimbra, doivent débuter dès 2024.

Les travaux de la première phase du projet ferroviaire, entre Porto (photo) et Soure, près de Coimbra, doivent débuter dès 2024.

Getty Images/iStockphoto

Le gouvernement portugais a présenté, mercredi, un projet de train à grande vitesse qui permettra de relier Lisbonne à Porto, les deux principales villes du pays, en une heure et quinze minutes après 2030, contre près de trois heures actuellement. C’est un projet «stratégique pour l’avenir du pays», qui favorisera «l’autonomie» et «la compétitivité», a expliqué le Premier ministre, Antonio Costa, lors d’une conférence de presse à Porto.

Cet axe ferroviaire doit également permettre, à terme, de relier Porto et Vigo, dans le nord-ouest de l’Espagne. Cette liaison avec l’Espagne sera «le premier pas en vue d’une intégration avec le réseau ibérique à grande vitesse», s’est félicité Antonio Costa.

La construction de cette ligne se fera en trois étapes. Les travaux de la première phase entre Porto et Soure, près de Coimbra, doivent débuter dès 2024, tandis que le dernier tronçon, d’environ 40 kilomètres au nord de Lisbonne, est prévu après 2030.

Près de trois milliards d’investissements

Pour la première phase de construction, l’investissement est «de l’ordre de 2,9 milliards d’euros (près de 2,75 milliards de francs)», dont environ «un milliard d’euros de fonds communautaires», a précisé Carlos Fernandes, membre du conseil d’administration de Infraestruturas de Portugal, gestionnaire public des réseaux ferroviaire et routier. «Le pays réunit aujourd’hui les conditions financières pour pouvoir réaliser ce projet», a assuré Antonio Costa, appelant à un large «consensus national».

Cette ligne, qui devrait accueillir seize millions de passagers en 2031, contre six millions actuellement, permettra aussi d’écourter les distances entre la capitale portugaise et des villes importantes, comme Guarda ou Santarem, selon le projet dévoilé mercredi.

Le Portugal relance ainsi son programme de train à grande vitesse, après avoir été contraint, par le passé, de reporter plusieurs projets de ce type, dont la liaison Lisbonne-Madrid, initialement prévue pour 2013, en raison des difficultés économiques et financières causées par la crise financière de 2008.

(AFP)

Ton opinion

27 commentaires