Actualisé 10.07.2013 à 07:48

SuisseDans la jungle des abonnements mobiles

A en croire les publicités, l'abonnement de téléphonie mobile de tout un chacun est bien trop cher et en changeant d'opérateur, ce dernier offre même un smartphone de rêve.

Dans la réalité rien n'est gratuit et les tarifs bon marché cachent souvent leurs désavantages en petits caractères. Pourtant économes, les Suisses ont dilapidé plus de deux milliards de francs avec leur téléphone portable, en souscrivant le mauvais abonnement. Un constat présenté par le site Comparis.ch, lequel promeut de la sorte ses services financés par de la publicité. Pour y trouver le meilleur tarif, il faut toutefois correspondre aux six types de consommateurs prédéfinis par Comparis.

Ses concurrents Dschungelkompass.ch et Icompare.ch, permettent d'effectuer des comparaisons en tenant en compte de manière plus précise des besoins des consommateurs. Les utilisateurs de ces portails de comparaisons peuvent d'une part être impressionnés par la profusion d'offres d'abonnements plus ou moins comparables. D'autre part, ils peuvent aussi en ressortir déconcertés.

Mais même dans le cas où ils auraient trouvé l'abonnement qui leur convient le mieux, ces futurs clients ne doivent pas oublier de se plonger dans les conditions de l'offre imprimées en petits caractères. Et parfois le diable vient se cacher dans les détails. Ainsi un petit opérateur, aux tarifs à première vue très avantageux, offre certes les «appels illimités», lesquels se trouvent bel et bien limités si le futur client prend le temps de lire les petits caractères. En effet, il n'est en l'occurrence pas possible de bavarder plus de 10 heures par mois avec un même interlocuteur.

Petits chiffres et étoiles

Pour d'autres offres à prix cassé, il convient de ne pas oublier de regarder de près les petits chiffres et autres étoiles, des symboles le plus souvent annonciateurs de surcoûts ou limitations. Des informations supplémentaires qui restent aussi bien difficiles à trouver sans avoir une loupe à portée de main.

Les délais de résiliation des abonnements semblent eux aussi bien souvent être l'objet de secrets. Dans le meilleur des cas, une offre peut être résiliée après 30 jours, au pire celle-ci sera automatiquement prolongée d'un an après une période initiale de 24 mois.

Perdus dans cette jungle tarifaire, certains chasseurs de bonnes affaires auront peut-être même l'idée d'engendrer un enfant afin de pouvoir bénéficier les années suivantes d'une offre destinée aux jeunes.

Nombre de consommateurs souscrivent un abonnement d'un opérateur lorsque ce dernier leur fait cadeau d'un smartphone. Pour cette raison, les sites Dschungelkompass et Icompare permettent d'intégrer dans la recherche un appareil. Mais celui qui veut véritablement calculer ce montant doit multiplier les coûts sur une durée de deux ans dans la plupart des cas.

Et concernant le prix du mobile, il convient de ne pas trop se fier aux informations des opérateurs, mais plutôt d'effectuer une recherche à ce sujet avec un comparateur de prix en ligne, comme Toppreise.ch, par exemple. Les consommateurs ayant pris la peine de dégainer leur calculette remarqueront rapidement qu'il est bien souvent préférable de renoncer à une offre coûteuse, si celle-ci ne vise qu'à obtenir un rabais à l'achat d'un smartphone.

Choisir l'appareil, puis l'abonnement

Une autre question vient se poser lorsque le nouveau smartphone correspond aux besoins. En effet, les modèles de la génération précédente coûtent moitié moins cher et les appareils disposant de deux logements pour cartes SIM permettent eux de toujours bénéficier des tarifs les plus avantageux en Suisse et à l'étranger.

De ce fait, il convient d'abord de choisir l'appareil de son choix puis ensuite de rechercher un abonnement. Les chaînes de magasins et ceux sur internet offrent des rabais sur quasiment tous les smartphones, pour autant que le consommateur souscrive en parallèle une nouvelle offre ou prolonge l'ancienne dont il bénéficie. Ne pas hésiter non plus à regarder si l'actuel opérateur offre une réduction sur un prolongement de l'abonnement à l'achat d'un nouveau smartphone.

Les sites de comparaison permettent certes de trouver l'abonnement le meilleur marché, mais pas forcément le meilleur. Ainsi, il n'est par exemple pas possible de savoir si le réseau de l'opérateur choisi offre une couverture du territoire correspondant aux besoins personnels. Les coûts réels d'un abonnement dépendent aussi des choix des amis en la matière, puisque les appels passés entre clients d'un même prestataire sont gratuits.

Alors que les personnes utilisant peu leur téléphone mobile peuvent souscrire un abonnement à prépaiement, les gros utilisateurs doivent décider s'ils préfèrent payer un forfait incluant toutes les prestations ou composer eux-mêmes leur offre selon leurs besoins en matière de SMS, d'appels et d'utilisation de données (internet).

TV et musique comprises

Les offres de divertissement complétant un abonnement de téléphonie mobile prennent toujours plus d'importance. Certains services sont ainsi offerts gratuitement ou leur utilisation n'est pas comptabilisée dans le décompte des données internet. Orange a ainsi signé un partenariat avec le service de musique en ligne Spotify et celui de télévision de Zattoo. Sunrise s'est tourné vers l'offre musicale de Juke, alors que les clients de Swisscom peuvent utiliser le service Swisscom TV air. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!