Actualisé 23.12.2019 à 14:03

Canton de Vaud

Dans la tourmente, l'ex- bras droit de de Quattro s'en va

Nicolas Chervet, numéro deux de l'ex-conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro, quitte ses fonctions.

De profondes divergences de vue avec certains de ses collaborateurs sont à l'origine de cette décision.

De profondes divergences de vue avec certains de ses collaborateurs sont à l'origine de cette décision.

Etat de Vaud

Le secrétaire général du Département du territoire et de l'environnement (DTE) vaudois Nicolas Chervet va quitter ses fonctions, après quinze ans passés au service de l'Etat de Vaud. L'enquête administrative ouverte contre lui a été close.

De profondes divergences de vue avec certains collaborateurs sur le fonctionnement du service sont à l'origine de cette décision, indique lundi le Conseil d'Etat vaudois dans un communiqué. Nicolas Chervet reste convaincu que les mesures d'amélioration initiées par lui ces dernières années restent nécessaires.

L'ex-secrétaire général estime toutefois préférable de laisser à une nouvelle personne le soin de les mettre en place et souhaite saisir cette occasion pour réorienter sa carrière. L'exécutif vaudois relève avec reconnaissance les qualités professionnelles de Nicolas Chervet.

Le Conseil d'Etat vaudois avait ouvert le 30 octobre dernier une enquête administrative pour faire la lumière sur les accusations de dysfonctionnements imputés à Nicolas Chervet. Cette procédure a maintenant été close, précise le communiqué.

A noter que l'homme s'était déjà illustré dans la presse cet automne. La faute a une condamnation prononcée cet été pour violation d'une obligation en cas d'accident lors qu'un choc, fin 2018. Il avait donné de fausses coordonnées après avoir embouti une voiture. L'ex cheffe du Département du Territoire et de l'environnement, Jacqueline de Quattro, avait publiquement déploré l'attitude de son bras droit mais lui avait maintenu sa confiance. (nxp/ats)

Succession de Quattro: une liste crée la surprise

Un candidat qui ne remplissait pas les conditions pour l'élection complémentaire au Conseil d'Etat vaudois a eu un délai pour se mettre en règle. A lire ici.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!