Ski de fond: Dario Cologna «a faim» de victoires
Actualisé

Ski de fondDario Cologna «a faim» de victoires

Le skieur Dario Cologna est annoncé dans une forme étincelante alors qu'une nouvelle saison démarre à la fin du mois à Kuusamo.

Dario Cologna démarre la saison en pleine forme.

Dario Cologna démarre la saison en pleine forme.

«Il s'est vraiment montré impressionnant durant les entraînements de l'été», a relevé le responsable du ski de fond Hippolyt Kempf, à Berne lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-saison de Swiss Ski. «Il a passé plusieurs tests de performance qui ont prouvé qu'il se trouvait à un haut niveau. Et par rapport aux saisons précédentes, il semble encore plus complet», a-t-il dit à propos du triple vainqueur de la Coupe du monde.

Motivation au top

Question motivation, Dario Cologna s'est aussi attiré les louanges de son patron. «Il a toujours faim de victoires», a assuré Hippolyt Kempf, qui s'est également réjoui de l'impact positif du Grison de 27 ans sur ses coéquipiers. «C'est un moteur pour toute l'équipe. Il démontre un tel engagement à l'entraînement que cela incite les autres à se surpasser», a-t-il remarqué. Il faut dire que Dario Cologna est, lui aussi, contraint de donner le maximum à l'entraînement sous l'impulsion de la nouvelle génération incarnée par son petit frère Gianluca, le Vaudois Jovian Hediger ou encore Roman Furgler et Jonas Baumann, soit quatre fondeurs nés en 1990 et qui ont commencé à faire parler d'eux l'hiver dernier. «Il règne une belle dynamique dans cette équipe», a noté Hippolyt Kempf, chef d'une discipline qui a, par ailleurs, décidé durant l'entre-saison de mieux partager son savoir-faire en fusionnant ses groupes d'entraînement dédiés aux épreuves de distance et au sprint.

Héros suisse

Malgré la présence en Suisse d'une relève de qualité mais aussi de fondeurs plus expérimentés comme Curdin Perl ou Toni Livers, c'est sur Dario Cologna que reposent tous les espoirs de podium cet hiver. Et notamment lors du point culminant de la saison, en février aux Jeux olympiques de Sotchi. «Son objectif est de décrocher une deuxième médaille olympique après son titre de Vancouver (réd: médaille d'or sur 15 km en 2010)», a souligné Hippolyt Kempf. «Sur les six épreuves au programme aux Jeux, il a prévu d'en disputer cinq, sans décider toutefois encore quelle course il allait sacrifier», a-t-il précisé.

Le dos d'Ammann

Qui dit Jeux olympiques, dit aussi Simon Ammann dans le monde du ski nordique helvétique. Le sauteur du Toggenburg vise une cinquième médaille aux JO à Sotchi, lui qui a déjà été couronné d'or à quatre reprises (2x 2002, 2x 2010). Reste que, contrairement à Dario Cologna, tous les signaux ne sont pas au vert pour le St-Gallois. «Il s'attendait à mieux cet été», a reconnu Berni Schödler, le chef du saut à ski, faisant notamment allusion aux résultats mitigés de son protégé lors du Grand Prix d'été. De plus, avec ses 32 ans au compteur, Simon Ammann a dû composer avec des douleurs au dos. «Nous savons toutefois de quoi il s'agit. A nous de surveiller sa charge d'entraînement pour que cela ne se reproduise pas», a expliqué Berni Schödler. Ce dernier s'est, du coup, montré relativement confiant pour la nouvelle saison, qui débute dans trois semaines à Klingenthal (All). «Quant aux Jeux de Sotchi, on peut faire confiance à Simon sur la façon d'aborder un tel événement», a-t-il continué.

Progression hélvétique

Comme pour le ski de fond, Berni Schödler s'est réjoui de la progression des jeunes sauteurs helvétiques, les Gregor Deschwanden, Marco Grigoli et autres Pascal Egloff. «Nous espérons ainsi pouvoir nous aligner également dans le concours par équipes à Sotchi», a-t-il dit. Avant d'en découdre en février aux JO, Dario Cologna, Simon Ammann et Cie auront l'occasion de briller devant leur public. Pas moins de six épreuves de Coupe du monde sont ainsi programmées sur sol helvétique cette saison, toutes condensées en moins de trois semaines. Les sauteurs seront en lice à Engelberg les 21 et 22 décembre, tandis que les fondeurs seront à Davos les 14 et 15 décembre, puis à Lenzerheide le 31 décembre et 1er janvier. (si)

Ton opinion