Ski de fond: Dario Cologna n'a que les Mondiaux en tête

Actualisé

Ski de fondDario Cologna n'a que les Mondiaux en tête

Le Grison participe ce week-end aux deux courses de l'étape davosienne de la Coupe du monde. Mais son vrai objectif commence en fin de semaine prochaine en Italie.

par
Oliver Dufour
Davos
C'est dans une apparente décontraction que le Grison aborde son grand objectif de l'année.

C'est dans une apparente décontraction que le Grison aborde son grand objectif de l'année.

«Je me sens bien préparé. Jusqu'ici, tout semble suivre le plan préétabli.» Dario Cologna est apparu serein, vendredi à Davos, à la veille de la première de deux épreuves inscrites au calendrier de la station grisonne. La quitter dimanche soir avec un bon résultat ne lui déplairait pas. Par égard pour ses concitoyens, qui rêvent de le voir briller «à domicile», le leader du classement général de la Coupe du monde n'osera de toute façon pas dire le contraire. «Si je ne suis pas sur le podium, ça ne sera pas la fin du monde», a-t-il tout de même bien voulu concéder.

Pour lui, comme pour les futurs sélectionnés (lire ci-contre), le vrai objectif du moment demeure les championnats du monde, qui débutent jeudi à Val di Fiemme (It). «Même si j'aimerais penser un peu à autre chose, je n'ai que les Mondiaux en tête en ce moment», a observé Cologna. «L'important est d'y arriver en forme». Dans la station du Trentin, le solide athlète de Val Müstair n'a pas l'intention de passer au travers de son grand rendez-vous, comme ça avait été le cas voici deux ans à Oslo. Et tout comme dans la capitale norvégienne, le Grison a confié qu'il y courrait au maximum cinq des six épreuves masculines programmées. «Si je ne peux pas courir pour une médaille, je préfère laisser une des épreuves de côté.»

Supprimer l'une des deux courses en sprint

Reste à déterminer laquelle. En toute logique, il s'agira soit du sprint individuel (style classique), soit du sprint par équipes, qui se disputera cette année en skating (lors des Mondiaux en 2011, Cologna avait boudé cette deuxième épreuve, alors courue en classique). Ce samedi, la première des deux courses davosiennes est un sprint classique en tous points semblable à celui qui inaugurera les compétitions de ski de fond de Val di Fiemme, jeudi prochain. Celles de ce week-end devraient servir à le mettre directement dans le bon rythme, à moins qu'il ne décide de laisser tomber le sprint individuel et de s'accorder un peu plus de repos, le cas échéant jusqu'au samedi, qui serait alors son premier jour de course. «Je déciderai lundi, après Davos, en fonction des résultats et de l'état de forme», a précisé Cologna.

Saura-t-il comment ajuster son rythme sur deux courses aussi rapprochées des Mondiaux? «Oui, ça passe assez bien, à condition de pouvoir récupérer rapidement dans la foulée, a-t-il assuré. Ca serait pareil s'il ne s'agissait que d'un entraînement. Quoiqu'il, arrive, je donne toujours le meilleur de moi-même en course.» Le nombreux public attendu sur au cœur de la localité grisonne lui en sera certainement reconnaissant.

Une sélection officialisée lundi

Avec la tenue des épreuves de Coupe du monde de ce week-end, les entraîneurs et dirigeants de Swiss-Ski ont décidé d’attendre le dernier moment pour valider leur sélection finale en vue des championnats du monde de Val di Fiemme (20 février au 3 mars). La liste définitive sera dévoilée lundi après-midi. «Nous avons déjà eu une séance pour en parler, a annoncé Guri Hetland, coach de l’équipe nationale. Nous ne donnerons pas de détails pour l’instant, mais rassurez-vous, Dario Cologna y figurera», a plaisanté la Norvégienne.

13e place pour les trois soeurs Gasparin et Patricia Jost

Sur le papier, les Suissesses ont atteint l'objectif «officiel», à savoir une place parmi les 15 premiers sur les 17 relais engagés. Elles s'en sont bien sorties au tir (aucune pénalité, sept recharges) mais ont concédé beaucoup de terrain sur les skis. Elisa Gasparin, 5e après le premier relais, avait lancé l'équipe sur de très bonnes bases, mais la suite fut difficile.

Les Norvégiennes ont réussi le tour de force de s'imposer en tirant nettement plus mal que les Suissesses et que la plupart des autres équipes. Leur première relayeuse, Hilde Fenne (19 ans), s'est liquéfiée sous la pression et n'a transmis qu'en 17e position. Mais Ann Kristin Flatland, Synnoeve Solemdal et Tora Berger ont mené à bien leur remontée fantastique pour apporter à leur pays un sixième titre à ces Championnats, précédant l'Ukraine et l'Italie.

Tora Berger compte quatre titres à elle seule à ces joutes: outre ce ralais dames, elle a gagné le relais mixte, la poursuite et le 15 km. Elle a également glané une médaille d'argent en sprint .

(ats)

Ton opinion