Actualisé 21.02.2014 à 13:45

Sotchi 2014 - Ski de fondDario Cologna pour une passe de trois

Le Grison s'attaque dimanche dès 8h (en Suisse) à son ultime défi des Jeux de Sotchi. Un défi de taille puisqu'il s'agit du 50 km, épreuve reine du ski de fond.

Cette distance - qui se disputera en skating dimanche - semble pourtant taillée pour le fondeur du Val Müstair. Et avec son endurance hors du commun, il se profile à chaque fois parmi les grands favoris des 50 km. Mais sans vraiment confirmer jusqu'ici.

Cela n'avait ainsi ni marché aux Mondiaux de Liberec en 2009 (fatigué il avait déclaré forfait), ni à ceux d'Oslo en 2011 (20e en raison notamment d'un matériel peu performant). En pleine forme en revanche l'an dernier à Val di Fiemme, il avait été victime d'une chute après une vingtaine de kilomètres, laissant son compagnon d'échappée suédois Johan Olsson filer seul vers l'or, Cologna terminant «seulement» avec l'argent.

C'est toutefois aux Jeux de Vancouver en 2010 que le Grison avait connu sa plus grosse désillusion sur 50 km. Irréprochable pendant 49,9 km, il était tombé dans le dernier virage alors qu'il tentait de faire l'extérieur à... Johan Olsson. Le temps de se relever, son grand rival norvégien Petter Northug s'était déjà paré d'or devant l'Allemand Alex Teichmann et Olsson. Et alors qu'un podium lui semblait promis, il devait se contenter d'une amère 10e place.

Conjurer le sort

Autant dire que Cologna aura à coeur dimanche de briser la malédiction du 50 km. Comme lors de ses dernières tentatives sur la distance, il sera très attendu. Il n'a même jamais abordé un 50 km avec une telle cote, après ses démonstrations de la première semaine sur 15 et 30 km. Du coup, il devra s'attendre à être marqué de près par les autres favoris, l'inévitable Johan Olsson, mais aussi Marcus Hellner (Su) et Alexander Legkov (Rus), deux hommes qui avaient laissé une excellente impression dimanche dernier lors du relais 4 x 10 km.

Cologna reste lui-même sur une prestation mitigée lors du sprint par équipes, disputé mercredi avec son frère Gianluca et bouclé au 5e rang. Même si le sprint demeure sa moins bonne discipline, il avait affiché quelques signes de faiblesse lors des montées. Ce petit coup de mou n'a néanmoins rien de trop surprenant pour le Grison, lui qui avait inévitablement perdu un peu d'influx dans les célébrations qui ont suivi ses deux médailles d'or.

Egaler Ammann

Il faut toutefois compter sur Cologna pour se remobiliser une dernière fois. «Je me sens bien, prêt à m'attaquer à une nouvelle médaille», a-t-il ainsi assuré jeudi, se disant très confiant dans ses capacités de récupération, mais aussi dans le matériel qui lui sera mis à disposition. Les techniciens de Swiss-Ski ont jusqu'ici parfaitement su appréhender la neige très humide du site du «Laura Center», contrairement par exemple aux Norvégiens, moins dominateurs que prévu durant ces Jeux.

Cologna sait aussi qu'il a rendez-vous avec la légende dimanche. «J'ai déjà écrit une page d'histoire, mais je suis conscient que ce n'est peut-être pas fini», a-t-il dit, faisant notamment allusion à Simon Ammann. Avec ses trois médailles d'or aux Jeux (deux à Sotchi, une à Vancouver), le Grison n'est en effet plus qu'à un titre du sauteur st-gallois, le Suisse le plus doré dans l'histoire des Jeux d'hiver. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!