Ski de fond: Dario Cologna se sent d'attaque pour dimanche

Actualisé

Ski de fondDario Cologna se sent d'attaque pour dimanche

Deux jours avant son entrée en lice sur le skiathlon, le fondeur Grison Dario Cologna a détaillé son programme pour les Jeux.

par
J.-Ph. Pressl-Wenger
Krasnaya Polyana
Le champion olympique de Vancouver a été accueilli à l'aéroport de Sotchi.

Le champion olympique de Vancouver a été accueilli à l'aéroport de Sotchi.

«Ma blessure représente peut-être aussi un point positif.» Dario Cologna a manié la contradiction au moment d'évoquer sa préparation pour les Jeux olympiques. Blessé à la cheville droite mi-novembre, le Grison était revenu à la compétition le week-end dernier à Dobbiaco où il avait fêté un podium (2e) sur 15 km. «Avant les Mondiaux de Val di Fiemme l'an passé, la pression était énorme. Je devais gagner, s'est-il souvenu. La situation aujourd'hui, en raison de ma blessure est très différente. Si je décroche une médaille, ce sera déjà très bien. Mais je suis clairement ici pour aller vite, je n'ai plus de douleurs. Même si j'ai un petit déficit de force.»

Le creux dans sa saison en raison de son accident de footing ne semble pas avoir entamé les ambitions de Dario Cologna. «Chaque course que je vais disputer ici à Sotchi me rendra plus fort, a assuré un des plus sûrs espoirs de médaille helvétique. La fatigue ne devrait pas trop jouer car les épreuves sont dispersées sur deux semaines, ce qui est plus confortable qu'aux Championnats du monde.» Malgré son optimisme, l'athlète davosien fait actuellement face à un défi de taille puisqu'il est, pour l'instant, inscrit dans les six disciplines prévues. «Le 50 kilomètres représente, en fin de Jeux, une course intéressante. Mais je ne m'en préoccupe pas trop pour le moment. Mon objectif principal reste le skiathlon de dimanche.» Déjà champion olympique à Vancouver, Cologna a concédé que la préparation était plus simple cette année. «Lorsque tu as déjà une médaille d'or à la maison, la pression est moindre. Mais ça ne change pas mon approche des différentes courses.»

Considérations stratégiques

Les Russes ont vu les choses en grand, on le sait. Le complexe construit pour le ski de fond et le biathlon est tout simplement superbe. Et la piste sera sélective. «Comme je ne suis arrivé que jeudi soir, tard, je n'ai pas encore pu me rendre sur la piste. Mais je sais déjà à quoi elle ressemble, a badiné Cologna face à la presse. Il y a d'abord une montée qui dure 5 ou 6 minutes, dans laquelle il faudra garder un rythme élevé pour ne pas se faire distancer. Et sur la fin, le dernier raidillon est aussi important. Mais à mon sens, la décision se fera avant ce dernier becquet, car la descente qui suit et l'arrivée dans le stade sont plutôt courtes. Si tu es 20e à ce moment-là, tu n'as aucune chance de revenir.»

Dario Cologna vivra une expérience particulière à Sotchi puisqu'il disputera le sprint par équipe avec son jeune frère Gian-Luca. L'aîné s'élancera également dans le relais, en sprint, sur 15 km classique. A noter encore que le Vaudois Jovian Hediger passera par un processus de sélection interne pour décrocher son ticket pour le sprint.

Des rivaux fins prêts

Sa cheville meurtrie a forcé Dario Cologna à déclarer forfait pour plusieurs épreuves de Coupe du monde cet hiver, dont le Tour de Ski. Ses rivaux, le Norvégien Petter Northug et le Suédois Marcus Hellner pour ne citer qu’eux, n’ont pas non plus brillé cette saison. «Vous savez, l’objectif de chaque coureur cette année, ce sont les Jeux, a souri Cologna. Je ne me fais pas de souci pour eux. Je sais qu’ils seront au sommet de leur forme au moment des compétitions.»

Ton opinion