amours: Dating online: internet est-il un ennemi?

Actualisé

amoursDating online: internet est-il un ennemi?

Le web affecte toutes les étapes clés de notre vie sentimentale, d'après l'auteur d'un livre qui vient de sortir. Comment? Petit résumé.

par
Caroline Goldschmid
L'ère des rencontres en ligne dessert ceux qui ne savent pas écrire ou qui ne sont pas à l'aise avec les mots, selon Dan Slater.

L'ère des rencontres en ligne dessert ceux qui ne savent pas écrire ou qui ne sont pas à l'aise avec les mots, selon Dan Slater.

Aujourd'hui, d'aucuns se demandent comment les célibataires feraient pour trouver un(e) chéri(e) sans l'aide d'internet. Mais la Toile nous facilite-t-elle la tâche, ou la rend-elle plus compliquée? Dans son livre sorti ce mois, «L'amour au temps des algorithmes», le journaliste américain Dan Slater met en évidence des faits démontrant que le dating online nous rend notamment plus exigeants.

En 1965, les ordinateurs proposaient une moyenne de six profils compatibles; on en attend des centaines aujourd'hui. Ce large choix nous rend flemmards: si le rencard ne nous fait pas chavirer tout de suite, on passe au suivant! «Cela ne change pas ce qu'on veut, mais la volonté de se donner les moyens d'y parvenir», remarque l'auteur de 34 ans, qui a interviewé plus de 100 célibataires inscrits sur des sites de rencontres, au Etats-Unis et en Europe. Idem pour ceux qui sont dans une relation plus ou moins satisfaisante, qui, au vu de l'énorme quantité de profils disponibles, ne vont pas persévérer à faire fonctionner leur couple.

Et si l'on retournait aux bonnes vieilles rencontres «IRL» («in real life», dans la vraie vie)? Quelques idées vous sont proposées ci-contre.

«Love in the Time of Algorithms», ­seulement en anglais, à commander par ex. chez Payot. Prix: 32 fr. 20

Vraies rencontres au sommet

Dans les Alpes vaudoises, la station de Villars tente depuis 2008 de réunir les cœurs solitaires, en organisant chaque hiver un week-end d'activités pour célibataires, baptisé Alpine Dating. Si certains y ont tissé des liens avant tout amicaux, d'autres ont eu la chance de trouver l'âme sœur. C'est notamment le cas de José Vauthey, un commerçant de la place, qui a vécu un véritable conte de fées. «J'ai rencontré celle qui est devenue mon épouse autour d'un caquelon à fondue, il y a cinq ans, se remémore-t-il. Je ­trouve ce genre de concept très sympa, car on ne côtoie que des gens qui sont dans le même état d'esprit.» En re­vanche, il ne s'est jamais rendu sur des sites de rencontres. «Ce n'est absolument pas mon truc, je préfère mille fois la vraie vie!» –cam

Une toile entre célibataires

Se faire un film en solo, c’est tout à fait envisageable, mais ce n’est guère amusant. Ce jeudi 28 février, les âmes esseulées peuvent participer à une soirée spéciale qui débutera à 18h15 avec un repas au cinéma Rex à Vevey. Suivront une dégustation de vins dès 19h30 puis la projection privée du film «Möbius». Enfin, si le cœur et le feeling y sont, les participants pourront terminer la soirée autour d’un verre à l’occasion d’une cocktail-party au bar-restaurant Les Rex. Prix: 25 francs (repas non compris).

Inscr. obligatoire sur: www.celibataire.ch

Faire «santé» puis tomber amoureux

Spécialiste de l’organisation ­événementielle pour les célibataires, Swiss Affinity propose toute une palette d’activités dans les principales villes de Suisse romande, comme Ge­nève, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel. Outre les traditionnels Speed Datings, la plateforme a mis sur pied des concepts plus inédits: des Blind Datings (les participants portent un masque), mais aussi des soirées Eat&Love et Drink&Love. Le concept? Du flirt rapide, devant son assiette ou un verre à la main.

Ton opinion