Irak - D’autres attentats étaient en préparation à Bagdad
Publié

IrakD’autres attentats étaient en préparation pour l’Aïd

Alors qu’un attentat à Bagdad a fait 30 morts lundi dernier dans un marché de la ville, les autorités ont annoncé que d’autres attaques étaient prévues pour la fête de l’Aïd-al Adha.

Les forces de sécurité irakienne ont démantelé deux réseaux terroristes dans les provinces d’Anbar (ouest) et de Kirkouk (nord), responsables de l’attentat du 19 juillet à Sadr City. 

Les forces de sécurité irakienne ont démantelé deux réseaux terroristes dans les provinces d’Anbar (ouest) et de Kirkouk (nord), responsables de l’attentat du 19 juillet à Sadr City.

AFP

Les responsables présumés de l’attentat de Bagdad lundi dernier préparaient d’autres attaques pour la fête de l’Aïd-al Adha, a annoncé dimanche le ministère irakien de l’Intérieur, diffusant les photos de cinq suspects arrêtés, dont trois frères.

Le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi avait annoncé samedi l’arrestation des responsables de l’attentat revendiqué par l’EI, qui a fait 30 morts en début de semaine sur un marché populaire où se pressaient de nombreuses familles à la veille de la plus importante des fêtes musulmanes.

Les forces de sécurité irakiennes ont démantelé «deux réseaux terroristes dans les provinces d’Anbar (ouest) et de Kirkouk (nord), responsables de l’attentat du 19 juillet à Sadr City», quartier chiite déshérité de l’est de Bagdad. «Ils prévoyaient d’autres attaques dans d’autres quartiers de Bagdad et d’autres provinces pendant l’Aïd», selon un communiqué du ministère.

Confessions diffusées

La télévision irakienne a diffusé dans la nuit les «confessions» des cinq suspects, dont trois frères, vêtus d’une combinaison jaune. Cette méthode est utilisée en Irak dans les affaires criminelles majeures.

L’annonce du démantèlement de la cellule est intervenue la veille du départ de M. Kazimi pour Washington, où il doit être reçu lundi pour la première fois par le président américain Joe Biden. Le Premier ministre irakien, sous la pression des puissantes factions pro-Iran dans son pays, espère des annonces substantielles sur le retrait des soldats américains en Irak. Quelque 2.500 militaires américains y sont déployés pour aider les forces irakiennes dans la lutte contre l’EI.

L’organisation jihadiste, qui a contrôlé de vastes portions du territoire irakien entre 2014 et 2017, a été officiellement vaincue, mais ses cellules dormantes restent présentes dans les montagnes et régions désertiques, et mènent des attaques ponctuelles. En janvier déjà, un attentat suicide revendiqué par l’EI avait fait 32 morts sur un marché de Bagdad.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires