Genève: Davantage d'actes anti-gay dénoncés
Actualisé

GenèveDavantage d'actes anti-gay dénoncés

Le nombre de plaintes déposées contre des agressions homophobes ont triplé en 2016 au bout du lac.

par
leo
Les victimes hésitent de moins à moins à porter plainte.

Les victimes hésitent de moins à moins à porter plainte.

Keystone/Manuel Lopez

Une dizaine de plaintes déposées en 2016, contre trois ou quatre en moyenne les années précédentes: les victimes d'actes homophobes dénoncent davantage leurs agresseurs, selon l'association Dialogai, sollicitée par la «Tribune de Genève». Même son de cloche du côté de l'organisation LGBT 360, qui relève que «plusieurs agressions transphobes, dont un viol» lui ont été rapportées. La police ne tenant pas de statistiques spécifiques sur le sujet, il est impossible par contre de savoir si les violences contre la communauté gay sont effectivement en hausse, relève le quotidien.

Les hommes seraient une cible plus prisée que les femmes: «La démonstration d'affection choque plus quand il s'agit d'hommes», explique Fabien Bertrand de Dialogai. Si ce dernier se félicite de la hausse des dénonciations, il rappelle que «ce n'est que la pointe de l'iceberg»: «Nombre d'homosexuels continuent à se murer dans le silence.»

La mise en place d'un groupe de travail entre Dialogai et la police en 2013 avait justement pour but d'encourager les victimes à se manifester. Celui-ci a permis de détendre les relations avec les forces de l'ordre et améliorer la prise en charge des victimes, selon Dialogai. L'association intervient notamment dans les écoles de police pour sensibiliser les nouveaux collaborateurs.

Ton opinion