Terrorisme: Davantage d'expulsions de personnes à risque
Actualisé

TerrorismeDavantage d'expulsions de personnes à risque

Depuis le début de l'année, sept personnes ont été expulsées de Suisse en raison de risques de terrorisme liés au djihadisme.

(Image prétexte) En 2016, seule une expulsion avait été ordonnée, contre sept rien qu'au premier semestre 2017. (Jeudi 31 août 2017)

(Image prétexte) En 2016, seule une expulsion avait été ordonnée, contre sept rien qu'au premier semestre 2017. (Jeudi 31 août 2017)

Keystone

En raison de la mise en danger de la sûreté intérieure, l'Office fédéral de la police (fedpol) a ordonné l'expulsion du territoire suisse de sept personnes depuis le début 2017. L'Office explique la hausse du nombre par l'existence de nouvelles formes de menaces.

Nette augmentation

«Les renvois ont été décidés sur la base de l'article 68 de la loi sur les étrangers», a indiqué jeudi à l'ats la porte-parole de fedpol Lulzana Musliu, confirmant un article de la NZZ online. En 2016, seule une expulsion avait été ordonnée, contre sept rien qu'au premier semestre 2017.

Sur ces huit personnes au total, quatre ont quitté la Suisse. Pour les quatre autres, l'exécution du renvoi est impossible ou les procédures de recours ne sont pas encore terminées. Dans l'ensemble des cas, il s'agit de risques de terrorisme liés au djihadisme.

Sécurité intérieure ou extérieure

En 2016 et 2017, fedpol a lancé l'examen d'un renvoi pour 29 personnes. En raison de l'existence de nouvelles formes de menaces, il recourt davantage à cet outil, explique Lulzana Musliu. Vingt-et-une procédures sont encore pendantes. Aucune n'a été classée.

Selon l'article 68 de la loi sur les étrangers, fedpol peut ordonner l'expulsion d'un étranger pour maintenir la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse. La décision se prend après consultation du Service de renseignement de la Confédération. L'expulsion est assortie d'une interdiction d'entrée. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion