Santé: Davantage de fournisseurs se partageront l'e-dossier

Actualisé

SantéDavantage de fournisseurs se partageront l'e-dossier

Berne a élargi, vendredi, le nombre de fournisseurs devant être actifs dans la diffusion du dossier électronique du patient.

Les hôpitaux de soins aigus, les cliniques de réadaptation et les cliniques psychiatriques sont tenus de s'affilier au réseau d'ici à avril 2020.

Les hôpitaux de soins aigus, les cliniques de réadaptation et les cliniques psychiatriques sont tenus de s'affilier au réseau d'ici à avril 2020.

Keystone

Des plus grands fournisseurs pourront participer à la diffusion du dossier électronique du patient d'ici l'année prochaine. Le Conseil fédéral a revu vendredi les conditions pour les aides financières aux communautés de référence. Neuf de ces organes sont en voie de constitution en Suisse.

Hôpitaux, médecins et autres institutions médicales s'affilient aux communautés de référence pour permettre à leurs patients d'ouvrir un dossier électronique. Les communautés reçoivent des aides financières de la Confédération. Plus elles sont grandes, plus la somme obtenue est importante.

Le Conseil fédéral, qui souhaite des organes actifs au niveau intercantonal, a augmenté la zone maximale couverte de deux à quatre millions d'habitants. Les grandes communautés pourront désormais recevoir jusqu'à huit millions de francs, auxquels s'ajoute un montant de base de 500'000 francs. Le crédit global maximal de 30 millions fixé par le Parlement reste inchangé.

Le dossier électronique vise à améliorer la qualité de la prise en charge médicale, à augmenter la sécurité, à accroître l'efficacité du système et à responsabiliser des patients. Ces derniers restent libres d'y recourir ou non.

Les hôpitaux de soins aigus, les cliniques de réadaptation et les cliniques psychiatriques sont tenus de s'affilier au réseau d'ici à avril 2020. Les établissements médico-sociaux et les maisons de naissance suivront d'ici à avril 2022.

Aucune obligation ne frappe les médecins travaillant en ambulatoire pour l'instant. Un projet en discussion au Parlement prévoit néanmoins que seuls les médecins participant à un système de dossier électronique puissent être admis à exercer à charge de l'assurance maladie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion