Communauté internationale: Davantage de Suisses haut placés à l'ONU
Actualisé

Communauté internationaleDavantage de Suisses haut placés à l'ONU

La Suisse est représentée de manière conforme à sa taille au sein de l'ONU, se réjouit l'ambassadeur suisse auprès de l'organisation à New York, Paul Seger.

Avec une contribution au budget ordinaire des Nations unies d'environ 30 millions de dollars (27,2 millions de francs) l'an dernier, la Suisse pointe au 17e rang des bailleurs de fonds.

Avec une contribution au budget ordinaire des Nations unies d'environ 30 millions de dollars (27,2 millions de francs) l'an dernier, la Suisse pointe au 17e rang des bailleurs de fonds.

Trois postes de direction à l'ONU ont été attribués à la Suisse l'an dernier par le secrétaire général Ban Ki-moon. Le pays est désormais représenté par d'excellentes personnes aux Nations unies, précise l'ambassadeur suisse auprès de l'organisation à New York, Paul Seger à l'ats. Avec une contribution au budget ordinaire des Nations unies d'environ 30 millions de dollars (27,2 millions de francs) l'an dernier, la Suisse pointe au 17e rang des bailleurs de fonds. Elle peut avoir certaines prétentions lors de l'attribution de postes de direction.

Ainsi, le Suisse Philippe Lazzarini a été nommé, en 2014, au poste d'adjoint de l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la mission d'assistance des Nations unie en Somalie (UNSOM). Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s'est déclaré content de ce choix. La mission a été créée en mai 2013 par le Conseil de sécurité de l'ONU afin de coordonner l'aide internationale au gouvernement somalien.

Un Genevois à l'UNRWA

Pierre Krähenbühl deviendra quant à lui en mars le premier Suisse à diriger l'UNRWA, l'agence des Nations unies d'aide aux réfugiés palestiniens. Durant près de douze ans directeur des opérations du CICR, le Genevois de 46 ans apporte à l'ONU son expérience de 25 ans dans l'humanitaire et les droits de l'homme. L'UNRWA fournit l'aide de base à cinq millions de Palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans les Territoires palestiniens occupés. La Suisse soutient cette agence onusienne à hauteur de 20 millions de francs par an. Le commissaire général de l'UNRWA occupe le rang de sous-secrétaire général, soit le deuxième plus haut échelon dans la hiérarchie des Nations unies.

Questions de développement à surveiller

L'ancien ambassadeur suisse au Népal, Thomas Gass, a également été nommé en 2013 à l'un des postes les plus élevés dans le système onusien. Il occupe la fonction de sous-secrétaire général à la coordination des politiques et aux affaires inter-organisations auprès du Département des affaires économiques et sociales de l'ONU (DAES). Le DAES s«occupe notamment de questions liées à la réduction de la pauvreté, au changement climatique, en passant par les aspects démographiques, l«égalité des sexes et les droits des autochtones. Grâce à ces nominations à des postes stratégiques et politiques importants, la Suisse renforce sa présence au plus haut niveau du secrétariat de l'ONU, indique le DFAE.

D'autres Suisses à l'ONU

Depuis son adhésion en 2002, la Suisse s'est surtout engagée dans le domaine de la coopération internationale, le développement durable et les droits de l'homme. Elle a également milité pour des réformes visant à accroître l'efficacité de l'ONU. Plusieurs Helvètes travaillent depuis plusieurs années pour l'ONU, comme le sociologue Jean Ziegler, l'expert fribourgeois en droit international Nicolas Michel ou le défenseur infatigable des droits de l'homme, Walter Kälin, considéré comme l'un des pères du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. (ats)

Ton opinion