De gros bénefs de l'Euro échapperont aux Genevois
Actualisé

De gros bénefs de l'Euro échapperont aux Genevois

En marge des matches, des animations engendreront de grosses recettes. Mais par un tour de passe-passe, le Canton de Genève en profitera peu.

«Nous ne tolérerons pas une telle situation! Si c'est avéré, il s'agit de liens d'intérêts croisés inacceptables et contraires à l'éthique de l'attribution des marchés. Nous allons demander confirmation», explose le député socialiste Christian Brunier.

Mandatée par le Canton de Genève pour organiser les festivités autour de l'Euro, la société NEPSA a délégué à la société APSA la gestion des bars et stands ainsi que de la plus lucrative des recettes: la vente en exclusivité des bières pression (lire l'Info-Box). Or, NEPSA doit rendre des comptes à l'Etat et lui restituer 50% de ses gains; mais pas APSA. «Les bénéfices d'APSA seront rétrocédés pour moitié à NEPSA, qui les imputera dans la comptabilité générale», précise le porte-parole des festivités Laurent Forestier. Le Canton ne recevra donc que 25% des recettes. Par ailleurs, il se trouve que Nepsa et APSA sont domiciliées dans le même immeuble à Meyrin.

«Je n'ai aucun lien commercial ni juridique avec les sociétés qui sont domiciliées dans la même rue que mes bureaux», assure Frédéric Hohl, patron de NEPSA, grand manitou du raout autour de l'Euro et député radical au Grand Conseil. Ce dernier et Patrick Abegg, administrateur unique d'APSA, sont toutefois aux commandes d'une autre société, CPF Genève Organisation, qui cherchent à atteindre les mêmes buts commerciaux que NEPSA et APSA. «Si les faits sont avérés, c'est inadmissible», témoigne le PDC Guy Mettan. Pour le président de la Commission des finances du Grand Conseil, «le contrat doit être respecté dans l'esprit et dans la lettre».

Didier Tischler

Les bières, ça peut rapporter très gros

Lors des raouts estivaux, la vente de la bière est une mine d’or

pour les organisateurs. Le Paléo Festival de Nyon en écluse 180 000 litres en six jours. Au festival Caribana, un spectateur en boit un litre par soir. Le gobelet de 2,5 dl est vendu généralement 4 fr., ce qui revient à 16 fr. de recette par litre pour le vendeur. Ce dernier paie le litre en moyenne 3 fr. 50 au brasseur. Dans la Fan Zone de Plainpalais, la bière sera vendue 5 fr. pour 33 cl. Avec un potentiel de 60 000 personnes par soir, de quoi engranger quelques millions...

Ton opinion