Crise dans le Caucase: De l'argent suisse et des observateurs en Géorgie
Actualisé

Crise dans le CaucaseDe l'argent suisse et des observateurs en Géorgie

La Suisse va verser neuf millions pour les victimes du conflit entre la Russie et la Géorgie mais n'a pas condamné la position russe.

Le Conseil fédéral a aussi décidé d'envoyer des observateurs militaires pour appuyer l'OSCE, qui renforce sa présence dans la zone tampon militaire à la frontière de l'Ossétie du Sud.

Le gouvernement s'est montré réservé mercredi face à la décision de la Russie de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Il n'a cependant pas condamné formellement cette position, même s'il a jugé «problématique» la comparaison avec le précédent kosovar.

Le Conseil fédéral s'en réfère à la position de la communauté internationale - ONU, UE et OSCE en tête - qui ont défendu l'intégrité territoriale de la Géorgie, a indiqué son porte-parole Oswald Sigg devant la presse. Mais il rediscutera de la question prochainement.

Aide aux victimes

Pour l'instant, la Suisse va accorder un crédit supplémentaire pour le Caucase. Deux millions de francs sont destinés à l'aide aux victimes. Un programme est en préparation. Sept autres millions iront à l'aide humanitaire et au soutien des activités du Programme alimentaire mondial, d'après M. Sigg.

En outre, deux observateurs militaires suisses se rendront ces prochains jours en Géorgie. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) compte engager jusqu'à 100 observateurs à terme.

Le Département fédéral de la défense entend participer à ces efforts en envoyant jusqu'à huit hommes dans les trois mois. L'engagement, non armé, ne doit pas être approuvé par le Parlement.

Poursuite de l'aide

Pour le Conseil fédéral, l'envoi d'observateurs «représente la poursuite de l'engagement helvétique qui a fait ses preuves dans la région». La Suisse a mis à disposition pendant des années le chef de la mission d'observateurs de l'ONU en Abkhasie et s'est engagée dans la médiation de paix de l'OSCE en Ossétie du Sud.

Deux policiers en civil et quatre observateurs militaires suisses se trouvent actuellement en Géorgie dans le cadre de la mission de l'ONU en Abkhasie. La Suisse «aspire en outre à promouvoir le dialogue informel entre les personnalités géorgiennes et abkhases», a précisé le gouvernement.

Situation instable

Pour lui, on ne doit actuellement pas s'attendre à un nouveau déclenchement de combats à grande échelle, même si les différends politiques subsistent entre la Russie et la Géorgie. Sur le plan de la sécurité, la situation est calme en Ossétie du Sud et aux alentours, mais elle reste tendue et instable.

Des incidents armés peuvent se produire à tout moment dans la zone d'engagement. Les observateurs de l'OSCE peuvent, à leur corps défendant, être pris entre les fronts lors de combats spontanés entre des groupes criminels ou des milices armées, avertit le Conseil fédéral.

(ats)

Ton opinion