Actualisé

Chavannes-près-R. VDDe l'eau de Javel dans les poubelles de chez Denner

Pour éviter le gaspillage, les freegans se nourrissent d'invendus. Mais cette pratique ne plaît pas à tout le monde.

par
xfz
Le gaspillage alimentaire et la récupération d'invendus dans les poubelles demeurent des sujets tabous en Suisse.

Le gaspillage alimentaire et la récupération d'invendus dans les poubelles demeurent des sujets tabous en Suisse.

Keystone/Archives

Plusieurs nuits par semaine, Eric et ses amis se rendent sur les quais de chargement des grandes surfaces. Leur but? Dénicher dans les containers des aliments pouvant encore être consommés, mais dont les magasins souhaitent se débarrasser. C'est ce qu'on appelle le freeganisme.

Au fil des ans, ils ont pris leurs habitudes et retournent régulièrement «visiter» les mêmes enseignes. «Nous trouvons parfois de grandes quantités de denrées, telles que biscuits ou chocolat, et d'autres fois le butin s'avère plus maigre», explique Eric.

Ce que ce dernier n'avait en revanche jamais trouvé, jusqu'à la semaine dernière au Denner de Chavannes-près-Renens, ce sont des produits rendus volontairement impropres à la consommation. «Lorsque nous avons remarqué que de l'eau de Javel avait été déversée sur la nourriture, nous étions choqués. Nous savions que de telles pratiques étaient courantes en France, mais nous n'avions jamais vu ça en Suisse», raconte Eric.

En Suisse, ce n'est pas illégal

La Fédération romande des consommateurs (FRC), qui lutte activement contre le gaspillage alimentaire, se dit elle aussi surprise. Mais elle rappelle qu'il n'y a là rien d'illégal: «Javelliser des aliments n'est pas interdit en Suisse, bien que ce soit peu éthique.»

De son côté, Denner dément la véracité de l'affaire. «Une bouteille d'eau de Javel a été jetée à la poubelle», explique un porte-parole. Ce que réfute catégoriquement Eric: «C'est la première explication qui nous a traversé l'esprit. Alors nous avons cherché longuement des bouteilles de produits de nettoyage. Mais il n'y en avait pas! De plus, l'eau de Javel était partout dans la poubelle. Cela ne peut pas être dû au hasard.»

L'exemple français

La «javellisation» était un procédé répandu en France. Mais, face au scandale, les autorités de l'Hexagone ont fixé des règles. Cette pratique a d'abord été interdite. De plus, la législation s'est dotée d'une hiérarchisation des dons d'invendus. En premier lieu, les aliments doivent être donnés aux humains. Si ce n'est pas possible, on donne aux animaux. Et, en dernier recours, on peut composter, faire du biogaz ou incinérer. Mais la Suisse a refusé d'établir ce même schéma.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!