Actualisé 21.03.2011 à 20:25

Séisme au JaponDe la fumée s'échappait lundi de Fukushima

Alors que l'électricité a été rétablie dans les réacteurs de Fukushima, de la fumée a été aperçue, nécessitant l'évacuation des employés.

De la fumée, dont on ignore l'origine, s'est échappée lundi de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, entraînant l'évacuation d'une partie du personnel. Il s'agit du premier incident notable signalé depuis mercredi, mais Tokyo et l'AIEA se veulent optimistes.

De la fumée grise s'est élevée durant trois heures au-dessus du réacteur no 3 de la centrale, ce qui a entraîné l'évacuation d'une partie du personnel luttant pour éviter des fuites radioactives. Une autre fumée, blanche cette fois, s'est ensuite échappée du réacteur no 2. L'Agence nippone de sûreté nucléaire n'a pas été en mesure d'expliquer l'origine de ces fumées.

Le réacteur 3, l'un des plus endommagés par le séisme et le tsunami du 11 mars, est au centre des préoccupations depuis plusieurs jours. L'inquiétude est d'autant plus forte qu'il est chargé de combustible MOX, un mélange d'oxydes d'uranium et de plutonium, dont les rejets sont particulièrement nocifs.

Radioactivité en mer

Des niveaux anormalement élevés de substances radioactives ont été détectés dans l'eau de mer près de la centrale de Fukushima, a annoncé mardi l'exploitant Tepco. Les taux d'iode 131 et de césium 134 étaient respectivement 126,7 fois et 24,8 fois plus élevés que les normes fixées par Tokyo.

Le taux de césium 137 était également 16,5 fois plus élevé que la normale. Un responsable de Tepco, Naoki Tsunoda, a toutefois assuré que ces niveaux de radioactivité ne constituaient pas une menace pour la santé humaine.

Optimisme

En revanche, sur la centrale elle-même, les niveaux de radioactivité n'ont quasiment pas changé après l'apparition de cette fumée, avait assuré plus tôt dans la journée l'agence japonaise de sûreté nucléaire.

Le premier ministre nippon Naoto Kan a lui aussi affiché son optimisme. «Nous voyons la lumière qui nous guide vers la sortie de crise», a-t-il dit. «La situation reste très grave (mais) je n'ai aucun doute que cette crise sera surmontée efficacement», a pour sa part affirmé le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano.

Réacteurs connectés au réseau

Les six réacteurs de la centrale ont pu être connectés lundi à l'alimentation électrique. Mais les équipements doivent être testés par les techniciens avant d'être alimentés, pour éviter un court- circuit, ce qui pourrait encore prendre deux à trois jours, selon la télévision publique NHK.

Il n'est pas certain que les pompes de refroidissement puissent fonctionner mais dans tous les cas le raccordement au réseau électrique va faciliter l'arrivée d'eau, disent les experts, qui voient là un progrès significatif.

En attendant la remise en service des équipements de la centrale, les soldats et les pompiers ont continué dans la matinée à asperger les réacteurs au canon à eau, afin de refroidir le combustible et éviter le rejet de quantités importantes de radioactivité dans l'atmosphère. Ils ont toutefois dû suspendre leurs opérations après l'apparition des fumées.

Aliments contaminés

Le gouvernement a répété que le niveau de radioactivité présent dans la pluie, l'eau du robinet ou dans certains aliments autour des réacteurs endommagés ne menaçait pas la santé. Il a néanmoins décidé d'interdire la vente des épinards et du kakina, un légume à feuilles vertes japonais, cultivés dans quatre préfectures proches de la centrale, et du lait produit à Fukushima.

Le gouvernement a annoncé par ailleurs que la centrale serait définitivement fermée après le règlement de la crise. Selon le journal «Asahi Shimbun», Tepco prévoit une dizaine d'années de travail pour démanteler complètement la centrale, en raison du niveau élevé des radiations.

Parallèlement, les sauveteurs poursuivaient leurs efforts pour tenter de retrouver des survivants du séisme et du tsunami, bien que les espoirs soient quasiment nuls dix jours après la catastrophe. Le bilan, toujours provisoire, approchait les 22'000 morts et disparus, dont 8649 décès confirmés par la police.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!