Actualisé

Crise nucléaireDe nombreux Suisses vont quitter le Japon

De nombreux Suisses ont manifesté mercredi et jeudi le désir de quitter le Japon.

Les Suisses rentreront dans des avions de ligne au départ de Tokyo ces trois prochains jours, a indiqué jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Un vol charter est aussi prévu.

«Toutes les places disponibles dans les avions de la compagnie Swiss au départ de Toyko pour Zurich vendredi, samedi et dimanche ont été réservées pour des Suisses» qui souhaitent rentrer, a dit à l'ATS un porte-parole du DFAE, Adrian Sollberger. Un vol charter est également prévu dimanche pour d'autres compatriotes qui se décideraient d'ici là.

Le DFAE a réitéré jeudi le conseil formulé la veille par les autorités à tous les Suisses dont la présence n'est pas indispensable de quitter la région Tokyo/Yokohama au vu de la situation, qualifiée d'»imprévisible».

Dans le mail envoyé aux détenteurs du passeport à croix blanche au Japon, Berne recommande «fortement de planifier (leur) départ» avant la fin de la semaine. «Une augmentation est à craindre» en raison d'un week-end prolongé au Japon, explique-t-il.

Contacts réguliers

En cas de très grave détérioration de la situation, le DFAE a pris langue avec d'autres pays afin de planifier une éventuelle évacuation, ont encore indiqué les services de Micheline Calmy-Rey.

Actuellement, 1890 Suisses se trouvent au Japon. Jusqu'à jeudi, 1606 d'entre eux ont pu être contactés par l'ambassade, dont les 105 personnes habitant dans la région, selon le DFAE.

«Nous n'avons pas connaissance de victimes suisses», avait précisé mercredi la présidente de la Confédération Micheline Calmy- Rey, à l'issue d'une séance spéciale du Conseil fédéral.

Max Göldi, l'ancien otage suisse en Libye dans le cadre l'affaire Kadhafi, se trouve lui aussi au Japon. Il y travaille pour le groupe helvético-suédois ABB, a indiqué jeudi à l'ATS Antonio Ligi, porte- parole d'ABB, confirmant une information du quotidien «Le Temps».

L'ambassade de Tokyo informe régulièrement la communauté helvétique par mails, téléphones et son site internet est constamment mis à jour. En cas de problème important, chacun peut s'adresser à la représentation à tout moment, a ajouté M. Sollberger.

Numéro d'urgence

Ainsi, un numéro de téléphone d'urgence est à disposition 24 heures sur 24 pour les Suisses résidant au Japon, mais aussi pour leurs proches, a souligné le porte-parole.

Enfin, la représentation helvétique organise des transport hors de la région touchée par le tsunami avec les moyens du bord. Sept personnes ont par exemple été évacuées vers Tokyo dans un bus du Corps suisse d'aide en cas de catastrophe (CSA). Quatre autres ont rejoint la capitale nippone dans un car britannique.

Une partie des 23 experts de l'aide en cas de catastrophe ayant participé avec leurs neuf chiens aux recherches de victimes dans la zone de catastrophe sont sur le retour. Au bout de cinq jours, la perspective de trouver des personnes vivantes n'est pas très réaliste, d'autant qu'il s'est mis à neiger, avait relevé la cheffe du DFAE.

Trois d'entre eux vont renforcer l'ambassade de Tokyo et son antenne de Kobe, à 450 km à l'ouest de la capitale nippone.

Par ailleurs, neuf experts et trois membres du CSA étaient déjà sur place et deux autres spécialistes sont arrivés mercredi au Japon. L'essentiel du travail à Kobe consiste à venir en aide aux Suisses qui souhaitent rentrer de la région d'Osaka, proche de Kobe, a encore expliqué le porte-parole.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!