Syrie: De nouveaux raids font 31 victimes civiles
Actualisé

SyrieDe nouveaux raids font 31 victimes civiles

Des raids sur des quartiers résidentiels ont tué 31 civils. L'alliance kurdo-arabe se rapproche du centre du fief de l'EI.

Le nombre de victimes parmi les civils ne cesse de croître depuis le début du conflit.

Le nombre de victimes parmi les civils ne cesse de croître depuis le début du conflit.

photo: AFP

Les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui étaient entrés jeudi dans le sud-ouest de Minbej après trois semaines d'offensive, ont pris le contrôle du «rond-point des moulins», une importante intersection dans le sud de Minbej, ce qui les rapproche du centre-ville, a indiqué l'OSDH.

Des combats de rue avec les djihadistes de l'EI ont eu lieu toute la nuit jusqu'à samedi à l'aube, a précisé l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de militants et de sources médicales dans le pays.

Les Brigades des révolutionnaires de Raqa, une des composantes arabes des FDS, ont confirmé sur Twitter l'avancée dans la ville, dont l'EI s'était emparé en 2014. Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, des affrontements se déroulent aussi dans les faubourgs nord, sans que les combattants kurdo-arabes ne parviennent pour le moment à entrer par ce côté.

Selon l'OSDH, au moins 89 membres des FDS et 463 djihadistes de l'EI ont été tués depuis le début de l'offensive le 31 mai.

Alep pilonnée

Dans une autre place forte des djihadistes, la province orientale de Deir Ezzor, les avions russes et syriens ont effectué trois raids coûtant la vie à au moins 47 personnes, dont 31 civils.

«Trois raids des aviations russe et syrienne contre la localité d'al-Kouriyé, au sud-est de la ville de Deir Ezzor, ont tué 31 civils. En outre, 16 autres personnes ont péri sans que l'on sache s'il s'agit de civils ou de djihadistes de l'EI, car les corps n'ont pas pu être identifiés», a précisé l'OSDH.

Dans la province d'Alep, les avions syriens et russes ont pilonné samedi la ville du même nom pour appuyer la tentative au sol des forces du régime de fermer une route de ravitaillement reliant les quartiers rebelles à la Turquie voisine.

Ces frappes intenses surviennent au lendemain de l'annonce par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, que le mouvement chiite libanais allait appuyer l'offensive gouvernementale à Alep. Le Hezbollah soutient déjà les forces du régime dans d'autres régions du pays.

Par ailleurs, un militant et photographe syrien, Khaled al-Issa, grièvement blessé dans l'explosion d'une bombe à Alep la semaine dernière, est mort dans la nuit dans un hôpital du sud de la Turquie, selon des pages Facebook d'amis militants.

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion