Actualisé 23.01.2015 à 18:05

Pays-Bas - crash du MH17De nouveaux restes humains seront ramenés

Les Pays-Bas vont envoyer des spécialistes pour tenter de retrouver de nouveaux restes humains sur les lieux du crash du MH17, survenu en juillet, en Ukraine.

1 / 101
02.10 La ministre australienne de la Justice a déclaré dimanche que les identités des responsables de la destruction en 2014 du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine seraient «confirmées» d'ici 2017, jugeant que ceux-ci devaient être traduites en justice.

02.10 La ministre australienne de la Justice a déclaré dimanche que les identités des responsables de la destruction en 2014 du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine seraient «confirmées» d'ici 2017, jugeant que ceux-ci devaient être traduites en justice.

epa/Alyona Zykina
28.09 Le parquet néerlandais a communiqué la provenance du projectile qui a abattu un avion de la Malaysia Airlines, en 2014. Pour les procureurs internationaux, le missile qui a détruit le vol MH17 en 2014 au-dessus de l'Est de l'Ukraine a été livré depuis la Russie.

28.09 Le parquet néerlandais a communiqué la provenance du projectile qui a abattu un avion de la Malaysia Airlines, en 2014. Pour les procureurs internationaux, le missile qui a détruit le vol MH17 en 2014 au-dessus de l'Est de l'Ukraine a été livré depuis la Russie.

AP/Peter Dejong
26.09 La Russie a de nouveau accusé lundi l'armée ukrainienne d'être responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 dans l'est de l'Ukraine, deux jours avant la publication des premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur le drame.

26.09 La Russie a de nouveau accusé lundi l'armée ukrainienne d'être responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 dans l'est de l'Ukraine, deux jours avant la publication des premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur le drame.

AFP/Kirill Kudryavtsev

Une équipe néerlandaise se rendra la semaine prochaine dans l'Est de l'Ukraine pour tenter de ramener de nouveaux restes humains et effets personnels des victimes du vol MH17, qui s'y était écrasé à la mi-juillet, a annoncé vendredi le ministère néerlandais de la Justice.

«Une petite équipe incluant des employés du ministère de la Défense partira à Kharkiv en Ukraine à la fin de la semaine prochaine», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Restes et effets personnels

Près de deux tiers des 298 victimes qui se trouvaient à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui devait assurer la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur étaient néerlandaises. Seuls les restes humains de trois victimes, toutes néerlandaises, doivent encore être identifiés.

«Si la sécurité sur place est suffisante, l'équipe se rendra sur le site du crash pour emmener une petite quantité de restes humains», a ajouté la même source.

L'équipe aura également pour tâche de ramener aux Pays-Bas des effets personnels des victimes, que les autorités locales disent avoir rassemblés. Les Pays-Bas souhaitent en outre que l'équipe s'entretienne «personnellement» avec les autorités locales au sujet de la situation.

Abattu

L'appareil a probablement été abattu par un missile le 17 juillet alors qu'il survolait cette région tenue par les séparatistes prorusses.

Des équipes néerlandaises se sont rendues à plusieurs reprises sur le site du crash mais la collecte des restes humains, des effets personnels et de morceaux de la carcasse a été ralentie par les combats ayant lieu dans cette zone entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses.

L'Ukraine et les Etats-Unis affirment que l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni aux séparatistes prorusses par Moscou. La Russie a démenti et pointé du doigt les forces ukrainiennes.

L'hiver empêche les recherches

Les Pays-Bas sont chargés du processus d'identification des victimes, des investigations pour déterminer les causes du drame et de l'enquête pénale qui doit déterminer les responsables du crash.

Depuis plusieurs mois, une petite équipe néerlandaise stationnait en permanence à Kharkiv. Celle-ci sera rapatriée «car l'hiver rend tout travail impossible», a déclaré à l'AFP Jean Fransman, porte-parole du ministère de la Justice.

Ils retourneront en Ukraine dès que les conditions météo et la sécurité sur place le permettront. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!