De nouvelles fonctions pour Tony Blair
Actualisé

De nouvelles fonctions pour Tony Blair

Les Etats-Unis ont défini jeudi le rôle élargi qu'ils entendent donner à un nouvel émissaire du Quartette pour le Proche-Orient.

Un rôle qui pourrait revenir au premier ministre britannique Tony Blair, qui quittera mercredi le pouvoir.

Les spéculations sur une nomination de M. Blair ont été renforcées par les entretiens qu'il a eus jeudi avec le président américain George W. Bush. En outre la porte-parole de l'ONU Michèle Montas a reconnu que l'idée américaine de nommer un nouvel émissaire du Quartette pour le Proche-Orient et de confier le poste à Tony Blair était "en discussion".

Le porte-parole du département d'Etat américain, Sean McCormack, a de son côté confirmé que les Etats-Unis ambitionnaient la nomination d'un nouvel émissaire et a même dessiné les contours de sa mission. Celle-ci ne serait pas restreinte aux questions économiques comme celle de James Wolfensohn, qui avait démissionné en 2006; l'envoyé superviserait l'élaboration de nouvelles institutions étatiques palestiniennes.

Il est "important qu'il existe une structure et des institutions gouvernementales fortes et solides, qui puissent fonctionner au nom des Palestiniens et qui puissent être reconnues comme les institutions d'une démocratie", a-t-il déclaré.

La première réaction européenne a pourtant été glaciale: "Ca a été une surprise", a commenté un diplomate européen. "Quand on a entendu parler de Tony Blair pour ce poste, beaucoup ont pensé 'c'est une mauvaise blague'", a-t-il ajouté.

(ats)

Ton opinion