Irak: De plus en plus d'étrangers aux côtés de l'EI
Actualisé

IrakDe plus en plus d'étrangers aux côtés de l'EI

Le groupe Etat islamique compte de plus en plus de combattants étrangers dans ses rangs. Le Premier ministre irakien a dénoncé «l'échec» de la communauté internationale.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

«Ce que je vois en Irak, c'est un nombre de combattants étrangers plus important qu'avant», a déclaré Haider al-Abadi, Premier ministre irakien, à Paris mardi matin. Dans le passé, les combattants irakiens étaient estimés à 58% pour 42% d'étrangers. Aujourd'hui, la proportion s'est inversée avec 60% de combattants étrangers contre 40% d'Irakiens, a-t-il précisé.

«Daech est en train de créer une nouvelle génération de combattants, dévoués, endoctrinés» qui «sont préparés à mourir mais ce ne sont pas des kamikazes», a ajouté le Premier ministre venu à Paris participer à une réunion de la coalition internationale en lutte contre le groupe Etat Islamique (EI). «Il y a un problème international, il doit être résolu», a-t-il ajouté. Il a aussi regretté que la coalition ne fournisse pas assez de renseignement aérien et de soutien sur le terrain.

Le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, a pointé mardi «l'échec» de la communauté internationale dans la lutte contre le groupe Etat islamique, dénonçant un manque de soutien à son pays, confronté depuis un an à l'avancée des jihadistes.

«Je pense que c'est un échec de la communauté internationale. Concernant le soutien à l'Irak, il y a beaucoup de mots mais peu d'actions sur le terrain», a dénoncé M. al-Abadi à Paris, lors d'une conférence de presse peu avant l'ouverture d'une réunion de la coalition internationale antijihadiste.

Il a aussi souligné que son pays n'était pas assez aidé en armements et munitions. «Nous n'en avons pas reçu beaucoup, presque rien. Nous ne devons compter que sur nous-mêmes».

«En raison de problèmes fiscaux, nous ne sommes pas en mesure de conclure de nouveaux contrats de fourniture d'armes. La plupart des contrats avaient été conclus par le précédent gouvernement avec les Russes. Les Russes sont désormais soumis à des sanctions américaines et il est très difficile de payer pour avoir ces armes. L'argent est là à la banque mais nous ne pouvons les avoir». «Nous ne demandons pas des armes mais s'il vous plaît laissez-nous acheter des armes de manière plus facile», a-t-il insisté.

«Il y a un problème international, il doit être résolu», a-t-il ajouté. «Il faut expliquer pourquoi autant de terroristes viennent d'Arabie saoudite, du Golfe, d'Egypte, de Syrie, de Turquie et de pays européens». «Nous avons besoin d'un travail politique de nos partenaires au sein de la coalition» à ce sujet, a précisé le responsable irakien. (ats)

Ton opinion