De riche héritière à nonne, l’étonnant destin d’une Indienne de 8 ans

Publié

IndeDe riche héritière à nonne, l’étonnant destin d’une fillette de 8 ans

La très jeune Devanshi Sanghvi n’a jamais fréquenté cinémas ou centres commerciaux, ni regardé la TV. Elle a «décidé» de renoncer aux plaisirs du monde pour entrer dans les ordres.

Le jaïnisme a plus de quatre millions d’adeptes en Inde, dont beaucoup proviennent de riches communautés commerçantes. Cette religion est critiquée pour certaines de ses pratiques rituelles, en particulier pour une tradition de jeûne extrême.

Le jaïnisme a plus de quatre millions d’adeptes en Inde, dont beaucoup proviennent de riches communautés commerçantes. Cette religion est critiquée pour certaines de ses pratiques rituelles, en particulier pour une tradition de jeûne extrême.

AFP

Dédier sa vie à sa foi intérieure, au détriment d’une fortune de plusieurs millions de dollars en diamants. C’est le choix insolite qu’a fait Devanshi Sanghvi, une fillette indienne de 8 ans. Jusqu’à cette semaine, elle était l’héritière de l’entreprise de joaillerie Sanghvi and Sons, dans la ville de Surat – dans l’État du Gujarat –, connue localement sous le nom de «ville du diamant», pour son importance dans le commerce mondial des pierres précieuses.

Mais Devanshi Sanghvi a décidé de renoncer aux plaisirs du monde – et à sa fortune –, pour devenir nonne au sein d’un ordre religieux strict de la confession jaïne, lors d’une cérémonie de quatre jours. Mercredi, elle est arrivée dans un temple pour échanger ses vêtements élaborés contre une simple tenue de coton blanc, après s’être fait raser le crâne.

«Hâte» de devenir religieuse

Ses parents ont déclaré qu’elle avait hâte de devenir religieuse, selon des médias locaux. Sa famille est membre de la foi jaïne, une religion fondée en Inde au VIe siècle avant notre ère, qui prêche la non-violence, l’ascétisme, le végétarisme strict et l’amour pour toutes les créatures.

Devanshi Sanghvi était connue des membres de la communauté jaïne de Surat pour sa piété, selon un témoin de la cérémonie, interrogé par l’AFP. «Devanshi n’a jamais regardé la télévision, été au cinéma ou dans les centres commerciaux et les restaurants.»

Pratiques extrêmes

Le jaïnisme a plus de quatre millions d’adeptes en Inde, dont beaucoup proviennent de riches communautés commerçantes. Cette religion est critiquée pour certaines de ses pratiques rituelles, en particulier pour une tradition de jeûne extrême. Une fillette de 13 ans est décédée, en 2016, à Hyderabad, au cours d’un jeûne de deux mois en guise de pénitence, durant lequel elle n’était autorisée à boire de l’eau chaude que deux fois par jour.

Sa mort avait soulevé l’indignation et sa famille avait été accusée de l’avoir forcée à jeûner. Ses parents ont été inculpés par la police d’homicide involontaire.

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires