Freeride: De star de sa discipline, il est devenu professeur
Publié

FreerideDe star de sa discipline, il est devenu professeur

L'ex-champion Richard Amacker, pionnier suisse de son sport, ne dévale plus les pentes raides en compétition, mais a lui-même fondé une académie.

par
Stéphane Combe
Verbier (VS)
Le Valaisan forme et suit de jeunes riders âgés de 14 à 18 ans.

Le Valaisan forme et suit de jeunes riders âgés de 14 à 18 ans.

Amacker/Belluscio

Le skieur de Nendaz (VS) a beau être dans la fleur de l'âge (30 ans), il ne disputera pas l'Xtreme de Verbier avec les autres cracks du freeride, samedi matin. Car après avoir sillonné les pentes du Freeride World Tour jusqu'en 2015, il s'est tourné vers la formation de jeunes talents. Une première en Suisse, motivée par ce qui était, selon lui, un véritable manque: «Quand j'étais jeune, nous étions une bande de copains à se tirer la bourre en compétition. Mais on n'avait jamais d'oeil extérieur.» Alors Richard Amacker a choisi: désormais, il forme et suit durant l'hiver deux groupes de huit freeriders, âgés de 14 à 18 ans.

«C'est nouveau. À l'époque, je n'avais commencé la discipline qu'à 19 ans, après une formation en ski alpin.» Outre les indispensables consignes de sécurité et le frein qu'il doit parfois mettre à leur fougue, il insiste sur le bagage technique. «Aujourd'hui, certains commencent par la poudreuse et ont donc des lacunes.»

La satisfaction des jeunes d'évoluer librement, loin des piquets, débouche souvent sur une participation au Freeride Junior Tour. S'il est un compétiteur-né, Amacker les laisse opérer leur choix de carrière: «Certains arrêteront pour les études, mais mon but est de les amener vers la compétition. C'est le cadre le plus sûr pour pratiquer le hors-piste. Les plus jeunes n'ont pas le droit d'effectuer de backflip, par exemple.» Polies par les conseils du champion, les pépites suivent une voie toute ­tracée.

Ton opinion